Chicago
Bienvenue sur Chicago.



Inscrivez-vous ou connectez vous et rejoignez notre communauté. De nombreux PV's sont disponibles.

Entrez dans notre monde, entre Vampires et Humains, au coeur de l'une de l'une des plus importes ville des USA.

MERCI DE FAVORISER LES PERSONNAGES MASCULINS.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM. Merci à tous et à toutes pour les moments partagés.

Partagez|

SCENARIO : En route vers 2021 ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Derek MacGalan
Bras droit du Maire
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Ven 16 Juil - 11:22

Organiser des soirées comme celles-là, je ne le souhaitais à personne.
Le genre de soirée à haut risque, où rien ne doit être laissé au hasard.
Accueillir une foule, cette masse sombre aux visages multiples, à la fois joyeuse, joueuse et dangereuse, le genre de situation où tout peut basculer pour des peccadilles, tout s’embraser pour trois fois rien.

J’étais sur le qui vif, à l’affût de tout.
Certes, je n’étais pas seul, beaucoup de monde travaillait d’arrache pied pour que tout se passe pour le mieux. Mais en tant que régisseur, maître d’œuvre tout devait passer par moi… je serais donc fautif s’il y avait le moindre accrochage, ou le moindre problème. La rumeur d’attentat n’arrangeait pas les choses. Mais nous étions préparés. Un rassemblement de ce type, est justement la porte ouverte aux actes terroristes, l’occasion rêvée de venir ternir la réputation du Maire, ou pire encore, attenter à sa vie. Nous avions mis un service de sécurité à faire pâlir plus d’un chef d’état, mais nous n’étions pas à l’abri d’un grain de sable dans l’engrenage, à nous donc de rester vigilants. J’avais passé le message à mon bras droit, Danael et je savais qu’il ferait ce qu’il faut pour que tout tourne à merveille. Il connaissait mon caractère, mes tolérance et je savais que je pouvais compter sur lui. Il me l’avait prouvé à maintes reprises… c’était quelqu’un de sûr, posé et sur lequel on pouvait compter, quoiqu’il arrive. Ivan comme moi avions une confiance totale en ses capacités et en l’homme…
Il ne tarda pas à me confirmer que tout le monde était prévenu et qu’il gardait l’œil.

Il ne me restait que très peu de temps avant d’aller chercher le Maire et Katelyn. Je fis donc un rapide tour par le carré VIP, afin de vérifier que tout était en ordre là-bas et que tout se passait pour le mieux.
Amanda tenait son rôle d’hôtesse d’accueil à merveille et des petits groupes s’était déjà formé. Je repérai rapidement le directeur de l’Université de Chicago, en présence de la charmante Karolane. Connaissant son passé douteux et son animosité envers Ivan, je me jurai intérieurement de le garder à l’œil.

Il était plus que temps de rejoindre le Maire dans sa demeure et il fallait que je me dépêche, il était hors de question qu’il arrive en retard sur le planning, cela faisait parti des choses que je ne tolérerais pas. Toute personne importante qu’elle était, il se devait de se présenter à l’heure, preuve de respect envers ses concitoyens qui ont fait le déplacement et qui sont là, eux depuis le début de la soirée.

J’appelais donc le chauffeur afin qu’il se tienne prêt, lui rappelant qu’on partirait à mon arrivée. Je comptais également sur Ivan et Kate et leur sens du devoir, afin que tout se déroule comme il le fallait. En gros j’espérais que tous m’attendent….

J’arrivais légèrement en retard au domicile d’Ivan, la circulation en ville étant plus que difficile.


J’aperçus la voiture, les motards et les deux véhicules banalisés… mais pas mon ami, ni la jeune humaine.
Pressé et déjà bien irrité, je me précipitais dans le salon, ouvrant la porte avec fracas

« « Ivan nous sommes en …. »
Et là je restai figé de stupeur.
Les deux là étaient tout simplement en train de prendre du bon temps, au lieu de se préparer. Mon sang ne fit qu’un tour et en colère je m’adressais à eux :


« Putain c'est pas possible !!! Vous ne pouvez pas trouver un autre soir pour faire ça ? »

J’avais même pas d’autre argument à donner tellement j’étais en boule. J’y croyais même pas… Ivan exagérait, il se comportait comme un vrai gamin… et ça me hérissait…

« On va être en retard dépêchez vous ! »
- Laisse nous deux minutes, on arrive.

*Oui, oui c’est ça prenez votre temps en plus. *
Je ruminais ma colère. Comment il pouvait oser faire ça, tout le monde est sur le pied de guerre, tout le monde met tout en œuvre afin que tout ce passe bien et lui ne pense qu’à s’amuser… ça me dépassait…

Ils finirent enfin par sortir de la pièce, rhabillés et de nouveau présentables.
Katelyn était plus que gênée et évitait soigneusement de croiser mon regard, mais j’étais trop énervé pour m’en rendre vraiment compte. En revanche le sourire goguenard de mon ami m’irritait encore plus.

Une fois installé dans la limousine, il voulut me rassurer, mais je restais muet, de toute façon, il était hors de question de parler de quoique se soit devant la jeune femme.
Toutes ses tentatives pour détendre l’atmosphère, furent vouées à l’échec… je restais de marbre, enfermé dans un mutisme profond…
Au moins il comprendrait que j’étais vraiment furieux.

« Si on peut plus se détendre ??? Il y a un temps pour tout mon cher Ivan… et là c’était vraiment pas le moment… pfff… gamin va !»

Je ruminais…
Quand nous arrivâmes non loin de l’entrée du parc, j’appelais Danael, afin qu’il se tienne non loin du couple, prêt à intervenir au cas où. La traversée dans la foule jusqu’au carré VIP était un moment délicat…
En tout cas, j’accueillis notre arrivée comme une échappatoire plus que bienvenue. Je sortis en premier du véhicule, les gardes du corps en grand nombre établissaient une certaine distance de sécurité entre la population et Ivan…
Il y eut un peu de bousculade, mais rien de bien méchant. Je fus soulagé d’arriver enfin dans le carré VIP. Au moins, c’était plus facile de faire une surveillance vraiment efficace là-bas.

Accompagné de Danael, je laissais mon ami faire les salutations d’usages…
Mon rôle était maintenant de veiller à ce que tout se passe pour le mieux, en attendant le deuxième moment crucial de la soirée… le discours.

C’est ce moment là que choisit Arseline pour m’appeler. Les nouvelles n’étaient pas bonnes, elle avait perdu le contact visuel d’un des suspects. Je laissais échapper un grognement rauque. Me contentant de lui souligner qu’elle avait plutôt intérêt à le retrouver.
Je raccrochais en maugréant, deux évènements à peu de temps d’intervalle, qui viennent bousculer mon organisation, rien de tel pour me mettre dans une humeur exécrable…



Revenir en haut Aller en bas
Danael Carminiel
Agent de sécurité au C. City Hall
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 14/04/2010
Age : 34

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Dim 18 Juil - 7:51

31 Décembre 2020 – 21h04

Les jeunes humains présents aux festivités depuis le début commençaient à en avoir un sacré coup dans le nez et le service d’ordre, dont je faisais fièrement partie, avait de plus en plus de travail pour calmer la foule partiellement avinée à présent. Mes gars me lançaient des regards qui voulaient tout dire. Et je les comprenais parfaitement. C’était une soirée à risque et cette rumeur d’attentat n’arrangeait pas du tout nos affaires mais notre travail était que quoi qu’il puisse arriver, nous soyons prêts à intervenir. Donc je leur renvoyai des regards chaleureux, limite souriants. Il fallait qu’ils aient confiance en notre capacité d’anticipation, nous ne devions pas fanfaronner en pensant être les meilleurs, non, mais nous devions éviter de relâcher notre attention par crainte de mal faire. La peur n’a jamais évité le danger mais il l’accroit fortement.

Je ne voulais pas gaspiller mon énergie dès maintenant en lançant une onde de calme sur la foule entière mais je sentais qu’au moment du discours, lorsque je serai près de Mrs Nikolaï et MacGalan ainsi que d’Amanda et de la jeune femme partageant la vie du Maire, j’aurais besoin de toute ma puissance pour assener à tout le monde un besoin irrépressible de paix et de tranquillité. Cela n’allait pas être simple, loin de là, mais je devais assurer cette partie avec brio car la progression du discours de mon boss allait en être agréablement accélérée grâce à cela. Mais nous n’y étions pas encore et je filai déjà de nouveau vers un groupe afin d’arrêter une rixe à sa source.

31 Décembre 2020 – 22h23

Mon cellulaire sonne et le nom de Derek apparaît sur l’écran. Au vue de l’heure, ce doit être pour me prévenir de l’arrivée imminente du Maire et, une fois le téléphone décroché, il s’avérait que j’avais raison. Dès le portable en poche, je fis le tour de ceux qui devaient m’aider à créer n passage dans la foule depuis la limousine jusqu’au carré VIP où le Maire, sa compagne, mon boss et Amanda devaient se trouver. Je savais que la jeune et jolie secrétaire personnelle se trouvait déjà en place mais les trois autres personnes allaient être là dans quelques minutes et le service d’ordre se devait d’être irréprochable car cela mettrait du baume au cœur aux gars et les conforter dans l’idée qu’ils sont bons dans ce qu’ils font.

31 Décembre 2020 – 22h32

La limousine entrait dans le parc et s’arrêta non loin du carré mais ces quelque mètres allaient être un calvaire pour nous. Je jetai un dernier coup d’œil à la foule et à mes gars puis j’ouvris la porte et ce fut Mr MacGalan qui sortit en premier et se rendit au lieu attendu en quelques secondes. Bon point. Les gars faisaient ce qu’il fallait, je les encourageai donc du regard car la suite bousculerait sûrement un peu plus. Et cela ne rata pas car, quand sa jeune protégée puis Mr le Maire sortirent du véhicule, le mouvement de foule se fit plus intense mais la sécurité n’avança pas d’un pouce et laissa un large couloir aux invités d’honneur.
Je fermai la portière après Mr Nikolaï et tapait un coup bref sur le toit afin que le chauffeur reste en place encore quelques minutes. S’il était parti de suite, alors la foule aurait contourné le cordon de sécurité que nous avions fait sur les côtés et nous aurions été débordés par l’arrière, le pire schéma imaginable. Mais dans ce flot de bousculade continue jaillit alors un petit rayon de soleil rencontré il y a peu pendant un concert ici même, à Grant Park, en la personne de Kim. Je lui lançai un sourire fugace en réponse au sien et à son signe de la main mais je n'étais pas certain qu'elle le vit car elle disparut d'un coup, tombant apparemment par terre. Elle était donc toujours aussi maladroite et cela m'aida à me détendre bien plus que je ne le pensais.

31 Décembre 2020 – 22h56

Je suivis à présent Mr Nikolaï dans ses démarches vers la foule afin d’assurer personnellement sa sécurité ainsi que celle de Miss Katelyn, qui se trouvait non loin. Je ne devais surtout pas oublier qu’une humaine était présente car le Maire y tenait apparemment beaucoup. Pour le moment, tout était sous contrôle et mon rôle était rempli convenablement. Je vis alors Amanda qui se rapprochait de Mr le Maire et l’heure du discours était pour bientôt. Ils devaient revoir ensemble certaines choses et je ne les quittai pas d’une semelle car même retirés de la foule comme ils le sont à présent pour ce petit debriefing d’avant discours, la sécurité du Maire était primordiale.

J’entendis donc Amanda parler du fait d’avoir autour de lui son bras droit, sa compagne et sa secrétaire personnelle. J’avais fait signe à 3 gardes qui vaquaient sans but précis de rester près de Miss Katelyn car comment atteindre un homme mieux qu’en touchant à son cœur ? Mais je me demandais surtout pourquoi ces 3 gardes vaquaient… Il n’y avait peut être pas assez de travail à leur goût..! Je les prendrai à part plus tard mais je n’aimais pas cette attitude dans mon équipe. Je rassemblai petit à petit mon énergie afin de me préparer comme il se doit pour le discours pendant que Mr le Maire et sa sublime secrétaire en discutaient et j’échangeai alors un regard avec mon boss, qui était en train de veiller au grain de son côté aussi. Il avait confiance et je ne devais en aucun cas, le décevoir, pas ce soir…
Revenir en haut Aller en bas
Grigori Karn
Directeur de l'Université
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 26/03/2010
Age : 31

Votre Personnage
Age du personnage: 728 (réel) 28 (physique)

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Mer 21 Juil - 15:49

Karolane salua Grigori à son tour, faisant une petite révérence. Elle affirma que c'était un plaisir de le voir. Karn ne doutait pas de ses propos. En effet leur premier entretien c'était parfaitement déroulé. Elle avait une façon de raisonner très proche de la sienne, à quelques détails près certes mais néanmoins proche. Elle était devenue plus ou moins son employée et ils seraient amenés à se revoir souvent à présent. Elle était franche, avait un certain âge, qui ne faisait pas d'elle une vampire inexpérimentée, et elle ne portait pas plus que lui les humains dans son cœur. Cette femme avait beaucoup de grandes qualités aux yeux de Karn, qui voyait en elle une future collaboration prometteuse.

Elle jeta son regard sur la foule, qui grossissait à vue d'œil. Le nombre de cette colonie de fourmis augmentait de façon exponentielle. Ils étaient tous là pour la nouvelle année, oubliant tous leurs soucis. Ils semblaient heureux alors que le malheur s'acharnait sur les humains depuis l'avènement des vampires. Grigori les méprisait tant. Il ne les comprenait pas. Ils sortaient et s'amusaient avec une telle insouciance. Si ça ne tenait qu'à lui il ferait un carnage au milieu de cette foule. Seulement ce genre de comportement était mal vu et ce n'était plus trop son genre d'user de ce style de violence. Il avait déjà été un fier guerrier autrefois mais à présent s'était un bureaucrate manipulateur. Il savait que parfois il valait user de stratège que de violence. Bref, alors qu’il regardait avec dégout les humains s’amasser par centaines dans le parc, Karolane prit soudainement la parole, le sortant de ses pensées lugubres :


- Je suis étonnée de vous voir ici Monsieur le Directeur. Au milieu de toutes ces … fourmis. Moi-même je suis étonnée d'être ici, mais j'ai été conviée à cette soirée par le Maire en personne. Visiblement il souhaite me présenter son humaine, disant qu'elle pourrait être intéressante pour travailler dans ma galerie. Après tout c'est à voir … Et puis avoir le Maire dans ma poche peut être intéressant, sait-on jamais si j'ai quelqu'un chose à lui soutirer.

Grigori trouva le discours de Karolane très intéressant. Tout d’abord sa présence ici était en effet surprenante si ça ne tenait qu’à cette affreuse foule d’insectes c’était un fait établi. Ensuite elle affirma elle aussi être étonnée d’être là après avoir traité ces humains de fourmis. Elle confirma, une nouvelle fois, mépriser les humains presque autant qu’il ne les méprisait lui-même. Elle marquait des points en faisant cela. Ensuite elle dit avoir été conviée par le maire, et ça ne semblait pas la charmer. En effet elle semblait plus voir le maire comme un élément de manipulation de premier ordre. Très intéressant. En effet, Grigori cherchait des alliées afin de renverser le maire de son fauteuil. Si Karolane se fichait du maire et que leurs relations allaient sur une relation de confiance peut-être pourrait elle devenir l’un de ces alliés. Bien sur Karn devra la tester avant. Il ne pourrait dévoiler ses plans à n’importe qui, car jamais Ivan ne devrait apprendre ça. Car si Karn était un vieux et puissant vampire, Ivan l’était aussi, mais le maire était bien mieux protégé et entouré qu’il ne l’était à l’heure actuelle. Non pour l’instant il fallait jouer la prudence et attendre son heure. Bien que si l’occasion de faire tourner le maire en bourrique se présentait il ne la manquerait pour rien au monde. Elle avait dit autre chose d’intéressant, Ivan voulait que son humaine travaille dans sa galerie. Il désirait que sa servante et esclave travaille en art. Pourquoi? Quel était l’intérêt de faire travailler sa servante? Si ce n’est de s’occuper de son bien-être. Le directeur attendait confirmation mais il venait peut-être de trouver une faille chez le maire : il tenait à son humaine. S’attaquer à elle serait surement comme s’attaquer à lui. Et une humaine était aussi facile à écraser qu’une brindille pour Grigori. Bref, avec cette réplique Karn venait de trouver des atouts contre Ivan. Voilà qui le mettait de bonne humeur. Après plusieurs secondes de réflexion il répondit poliment à Karolane :

- Pour vous dire la vérité, j’ai déjà connu Ivan par le passé. Et on ne peut pas vraiment dire que nous soyons de grands amis. Je suis directeur de l’université, alors c’était une formalité administrative pour lui de m’inviter ici. Et moi je prends plaisir à le nuire par ma seule présence ici. Vous devez trouver cela enfantin je vous l’accorde mais vous savez on ne manque jamais une occasion de voir de vieilles connaissances, surtout quand vous pouvez y sortir votre épingle du jeu.

Karn avait avoué qu’il ne s’entendait pas avec le maire, qu’il avait même appelé par son prénom. Mais cela n’avait guère d’importance. Car Karolane saurait juste au regard que se lanceraient les deux hommes qu’ils n’étaient pas sur la même longueur d’onde. Et Karn avait prit l’habitude de l’appeler ainsi alors il n’allait surement pas la perdre. La soirée continua. Le directeur parla un moment avec Karolane de sujets divers. Il y avait bien longtemps qu’il n’avait pas pris plaisir à discuter ainsi. Cette femme était décidemment vraiment attrayante.

Le maire arriva enfin. Des flashs photos éblouissaient les yeux noirs du directeur. Il sortit de sa voiture avec ce qui devait être son humaine. Il l’avait bien habillée pour l’occasion. Ivan souriait et saluait la foule, faisant le paon avec la jolie humaine qui l’accompagnait. Ils faisaient un peu vedettes hollywoodiennes comme ça. Un très beau modèle de superficialité. Karolane sortit une petite blague. Grigori ricana. Tout ce qui touchait au maire de façon satyrique le faisait forcément rire. Quoiqu’il en soit elle confirma se ficher éperdument du maire.

Le maire arriva jusqu’à eux. Karn n’y tenait pas tant que ça, mais il s’y attendait puisque Karolane lui avait qu’il désirait la voir. Karn observa attentivement les deux individus. Ivan n’avait pas changé, toujours aussi charismatique et mystérieux. Ce qui étonna Grigori c’est son humaine. Il se demanda ce qui l’attirait tant pour qu’il y tienne. Elle avait beau être bien habillée elle se tortillait dans sa robe avec nervosité et semblait se sentir comme un zèbre au milieu des lions. Elle n’avait aucune classe, elle était très jolie certes, mais n’avait aucune classe. Comment peut-on s’attacher à ce point à ce genre de déchet? Karn ne comprenait pas. Ivan commença par serrer la main de Karn et fit alors avec politesse :


- Directeur Karn, bonsoir

Leurs regards se croisèrent. Leurs mains se touchèrent. À cet instant précis, Karn scruta de son regard noir le maire. Ils ne s’étaient pas revus d’aussi près depuis un bout. Le directeur en serait presque nostalgique. Une certaine tension s’était installée. Ivan se méfiait de Karn, et il devait savoir au fond de lui que ce vampire ne devait surement pas avoir que de bonnes intentions. Leurs mains se lâchèrent et leurs regards se quittèrent, se tournant vers Karolane qui prit la parole pour saluer le maire, qui lui répondit alors :

- Mademoiselle de St-Gelais, ravi de vous voir ici. Je vous présente Katelyn Connoghan. Katelyn, Karolane est propriétaire d'une galerie d'art et … il se peut que vous puissiez vous entendre.

Karolane s’excusa alors poliment et partit discuter en retrait avec Katelyn. Ainsi l’arrivée de maire mettait fin à leur agréable discussion. Ivan avant de partir lança un dernier regard à Grigori avant de s’en aller. Un regard noir en guise d’avertissement. Grigori lui répondit par un regard amusé et un sourire. Ce jeu de regards voulait tout dire entre les deux hommes. Karn savait qu’Ivan ne craignait d’un certain coté, et il avait bien vu qu’il n’était pas le bienvenu. C’était enfantin, mais sa présence l’opportunait et il trouvait ça très plaisant. Il se repencha sur le stand à champagne, la serveuse fit alors avec politesse :

- Vous appréciez votre champagne monsieur.

- Un vrai délice!
Revenir en haut Aller en bas
Katelyn Connoghan
Propriété d'Ivan Nikolaï
avatar

Messages : 740
Date d'inscription : 29/10/2009

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Mer 21 Juil - 17:17

J’étais gâtée, comblée même. La robe était magnifique, le collier, les boucles d’oreilles, tout était beaux, trop même pour moi, je n’avais pas l’habitude d’autant d’attention, d’autant de tape à l’œil et cela, malgré toute ma bonne volonté augmentait encore plus mon malaise. Je n’étais pourtant pas du genre à m’écouter et je ferais bonne figure envers et contre tout, pour lui, pour ne pas le décevoir, pour lui prouver ma bonne Foix. L’un comme l’autre nous tentions de nous détendre, se préparant en cœur pour la soirée, redoublant d’attention pour l’autre, comme un vieux couple… amusant quand on sait que notre relation était des plus caduques. Tout restait confus entre nous, il restait beaucoup de zones d’ombre, de non-dits… mais nous étions en bonne voie, disons que les choses étaient beaucoup moins conflictuelles et puis il fallait reconnaître qu’il y avait une certaine forme d’affection…

Fort heureusement pour moi, il accepta de m’offrir un verre. J’avais vraiment besoin de me détendre avant de partir, j’étais une véritable boule de nerf, mon cœur tambourinait dans ma poitrine, un rythme endiablé, complètement aléatoire et désordonné qui me donnait presque le tournis. Alors que nous sortions de ma chambre, il me demanda de ne plus le vouvoyer… Il est vrai que j’avais pris cette habitude, voulant garder une certaine distance, une manière subtile de ma part pour ne pas trop m’impliquer… pourtant je me voyais mal refuser sa requête, surtout accompagnée d’une étreinte et d’un baiser aussi passionné, réveillant ainsi certain sens qui auraient mieux fait de rester endormis… une nouvelle fois déroutée d’être à ce point à sa merci…
J’acceptais donc d’accéder à sa demande.


« D’accord, si cela peut TE faire plaisir… »
J’avais bien insisté sur le tutoiement, juste par provocation, le ton taquin et espiègle…

Arrivé dans le salon, il s’occupa de nous servir et me tendit mon verre. Nous levions un toast à cette soirée qui s’annonçait et à ma présence à ses côtés. Un vague sourire aux lèvres je me prêtais volontiers au jeu.

« A vous aussi ! Heu… Humm à toi ! à ta présence, tes efforts pour que ma vie près de toi soit la plus douce possible, c’est vrai j’ai confiance en toi, ton attitude me conforte dans cette impression, je sais maintenant que je peux m’appuyer sur toi… puisses-tu avoir confiance en moi à ton tour… A cette soirée, que sera, je le sens… mémorable »

L’alcool coula dans ma gorge, brûlant légèrement au début, mais rapidement sa douce chaleur m’envahit et je pus enfin commencer à me détendre. Je sais que ce n’étais pas forcément une solution, mais j’étais à bloque et même la présence d’Ivan n’arrivait pas à me calmer. Lui, habitué très certainement gardait un clame déconcertant, je sais que les années d’existence devaient apporter son lot de confiance en soi, mais tout de même. C’était une soirée importante, il va y avoir une foule et je n’étais pas assez bête pour me dire que tous seraient là pour ses beaux yeux et par amour pour lui…

Plus que détendu, il m’ôta mon verre des mains, se rapprochant… dangereusement…de moi… il m’embrassa avec fougue et une fois de plus je me laissais aller avec au moins autant d’ardeur que lui. Il devint beaucoup plus passionnel et je sentis l’excitation remonter du fond de mes entrailles. Prise de frénésie, je commençais à défaire les boutons de sa chemise, caressant et baisant son torse avec envie. Ses mains se baladant sur mon corps déclenchaient mille frissons, et je ne pouvais réprimer mon envie… Je me retrouvais rapidement à califourchon sur ses genoux quand la porte s’ouvrit avec fracas….

Pas besoin d’être vampire pour se rendre compte de l’énervement qui l’animait. Ivan, égal à lui-même gardait son calme, un vague sourire d’amusement aux lèvres. Pour ma part je ne pouvais m’empêcher de penser que ma relation avec lui allait encore se dégrader, déjà que ces derniers temps, elle n’était guère reluisante. Sans être spécialement pudique, j’estimais tout de même la situation plus qu’embarrassante et mes joues s’étaient légèrement teintées de rose. Nous nous rhabillâmes à la hâte et je m’enfermais dans de mes mutismes profonds.
Mon stress remonta d’un cran et le voyage dans le véhicule fut des plus froids. Malgré les tentatives d’humour d’Ivan. Heureusement sa main sûre et protectrice était là pour me rassurer. J’évitais soigneusement le regard de Derek… me concentrant uniquement sur les illuminations de Chicago et sur la foule joyeuse arpentant les rues.
Les kilomètres défilèrent et mon angoisse grandissait sournoisement au fur et à mesure que nous nous rapprochions de Grant-Park et je me collais un peu plus contre lui, posant ma tête sur son épaule.

L’arrivée me donnait le tournis, flashs qui crépitent, foule dense et en mouvement, j’avais l’impression d’avoir le mal de mer, comme si cette masse humaine voulait me happer tout entière. Réprimant mon envie de fuir, je me laissai guider par Ivan, m’accrochant à son bras comme à une bouée de sauvetage, affichant un sourire vaillant à mes lèvres, je pris une grande inspiration et suivis le mouvement sur le grand tapis déroulé pour l’occasion.
Les dix mètres les plus longs de toute mon existence….
J’avais l’impression que mes jambes allaient se dérobées sous mon poids à chaque pas et je fus bien contente d’arriver enfin au carré VIP.

Nous saluâmes les invités déjà présents, ainsi que sa secrétaire, je ne pus m’empêcher de tiquer en la voyant, notre dernière rencontre m’avait laissée un goût amer. Elle était le type même de femme que je ne supportais pas, suffisante, hargneuse, sûre d’elle et déplorablement superficielle, du moins dans son comportement. Puis il me présenta tout particulièrement deux d’entre eux. Le directeur de l’Université en personne, patron donc de Christopher et Karolane de Saint-Gelais qui était directrice d’une galerie d’art, ce qui éveilla bien entendu mon intérêt. Bien vite elle m’accapara et Ivan me laissa entre ses mains. Je le regardai s’éloigner bien à contre cœur, pourtant je me retournai rapidement vers mon interlocutrice. Elle avait une classe immense, un charisme énorme pour une femme, elle dégageait un je ne sais quoi qui me fascinais et je ne mis pas longtemps à comprendre qu’elle était également une vampire.
Sa proposition m’étonna quelque peu, bien que je comprenais que le Maire ne soit pas étranger à tout cela, à moi maintenant de faire bonne figure. Son offre était des plus alléchantes pour quelqu’un comme moi, car je serais beaucoup plus dans mon élément dans une galerie d’art… bien plus qu’ici ce soir en tout cas.
Je l’écoutais et notre conversation commença à me détendre. Je ne pouvais trouver meilleur sujet de discussion, j’étais dans ma partie et je pouvais me laisser aller sans rougir et je pus lui répondre sans détour.


« Exigeante ! Quelle artiste ne l’est pas ! La recherche perpétuelle de la perfection, quelle qu’elle soit est dans nos gênes, jamais satisfait, voulant toujours plus, toujours plus haut ! Rien de plus normal… je suis pareille… »

Comme à mon habitude quand je suis branchée art, mes yeux prennent en intensité, la passion me dévore et presque plus rien d’autre ne compte.

« Vous cherchez quelqu’un, voilà qui est intéressant ! Je serais sincèrement ravie, si vous êtes d’accord de pourvoir le post. J’ai du temps à revendre…. De plus, je pense pouvoir assumer cette tâche sans soucis car en plus des connaissances, j’ai également cet amour de l’Art qui coule dans les veines… En tout cas, bien qu’Ivan exagère toujours me concernant, je suis certaine de pouvoir faire l’affaire, mais la balle est dans votre camp… si vous avez des questions, des envies…. Ne vous gênez pas…. »

Un coup d’œil vers les autres et je me rends compte qu’il y a maintenant beaucoup de monde l’heure du discours approche…« Et il y a longtemps que vous peignez ? Que vous vous êtes découvert cette passion ? J’aimerais beaucoup voir ce que vous faites, afin d’avoir une idée ! »

J’attendais sa réponse, espérant ne pas en faire trop.

_________________




~~ La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée ~~
(Platon)
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Bird
PNJ
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 18/02/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Ven 23 Juil - 7:36

********

L'heure du 3ème tour est arrivé. Voici, pour rappel, l'ordre de passage.

Ivan Nikolaï
Arseline de Clervaux
Karolane de St-Gelais
Kimberley Groover
Roxane Ricerule
Ashley Weston
Casey Morgan
Jeremy Schofield
Amanda Logans
Derek MacGalan
Danael Carminiel
Grigori Karn
Katelyn Connoghan


********

Pendant ce tour, voici ce qu'il faut prendre en compte :

Lors du lancement du feu d'artifice, un coup de feu retentit. Tous les Vampires présents ont pu l'entendre, certains humains ont pu entendre également. Très vite, sur l'estrade, un léger attroupement a lieu autour d'une personne proche du Maire. L'odeur du sang vient chatouiller les narines des Vampires présents, la sécurité met en place un cordon de sécurité tout autour de l'estrade et de la personne tombée à terre. Certains, trop absorbés par le feu d'artifice peuvent ne se rendre compte de rien.

********

C'est tout pour le moment.
A vos Plumes.

PS : Si vous ne pouvez pas poster rapidement, merci de prévenir le Staff.
Revenir en haut Aller en bas
Ivan Nikolaï
Maire de Chicago
avatar

Messages : 1503
Date d'inscription : 24/10/2009
Age : 35

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Ven 23 Juil - 9:00

    J'étais surveillé de près, de loin aussi, par Derek et ses hommes, y comprit Danael qui prenait son rôle réellement à coeur. J'étais persuadé de ne rien avoir à craindre ce soir là, même si, au fond de moi, un certaine angoisse subsistait. Il était difficile d'imaginer que toute cette foule était là uniquement pour moi ou pour le feu d'artifices. Je sais pertinemment que parmi les présents se trouvaient des personnes qui me haïssaient et qui haïssaient les Vampires. La situation était donc des plus délicates.

    Je me demandais, durant une fraction de seconde, si Esperance était ici. J'imaginais mal mon ancien amour croiser Katelyn avec qui les choses devenaient de plus en plus spéciales. En parlant de la belle humaine, je ne cessait de tourner le regard, la cherchant avec attention. Elle était toujours aux côtés de Karolane, une artiste qui pouvait, du moins je l'espérais, offrir un emploi à Katelyn. Cela lui permettrait certainement de se sentir moins prisonnière dans mon monde.

    Ma ''compagne'' étant donc occupée, je n'avais plus qu'à continuer les salutations d'usages dans mon costume de Maire de la ville. J'avais du monde à voir, des célébrités, des hommes et femmes d'affaires, des collaborateurs, des futurs partenaires. J'étais un homme de pouvoir qui avait des facilités à s'exprimer en public. Mon âge très avancé faisait de moi un Vampire extrêmement charismatique, ce qui était un réel plus.
    Une coupe de champagne à la main, je parlais avec quelques invités, de façon détendue. Tous se montraient étonnés par les mesures déployées pour cette soirée unique et tous espéraient que cette nuit s'avèrerait être une parfaite réussite. Après tout, si humains et Vampires pouvaient cohabiter et fêter le temps d'une soirée, ce pouvait être un pas de plus vers une cohabitation sur du long terme. Car c'était bel et bien ce à quoi j'aspirais : voir deux races vivre ensemble.

    Si ma race exterminait les humains, nous finirions tous par mourir de faim. Mais si, au contraire, nous parvenions à vivre harmonieusement, chacun y trouverait son compte.

    En pleine conversation, mon Assistante, Amanda, vêtue d'une magnifique tenue de soirée, vint m'arracher, souriantes, à mes invités. L'heure du discours approchait et il était effectivement temps que nous nous concertions.

    - Mes amis, le travail m'appelle.

    Un sourire amical et me voilà partit en retrait avec Amanda. Elle me tendit les papiers de mon discours, que je connaissais déjà presque par coeur. Je relisais le discours que nous avions préparé, tout en écoutant mon Assistante. Après quelques secondes de silence, le regard brillant d'excitation, je pris la parole.

    - Je compte vous avoir à mes côtés effectivement. Lorsque je m'adresserai à la foule, vous, Katelyn et Derek vous tiendrez un peu en retrait, sur ma gauche. Comme vous le dites, je mettrais l'accent sur les événement récent. La présence d'humains à mes côtés pourrait rassurer nos concitoyens, leurs prouver que la cohabitation est possible. Je vais prévenir Derek de ce pas.

    ~ Mon ami, lors du discours, toi, Amanda et Katelyn, vous vous tiendrez derrière moi sur l'estrade. Fais en sorte que la sécurité soit au maximum. Nous nous retrouvons rapidement, l'heure approche, Rendez-vous à 23h15 devant l'escalier menant à l'estrade. ~

    - Voilà qui est fait … Quand à vous Amanda, vous faites un travail fabuleux et remarquable. Vous êtes sublimes qui plus est. Merci d'être là malgré tout. J'avoue, j'aurais eu du mal à m'en sortir sans votre fidélité et votre confiance … Très bien, je vais allez voir les organisateurs. L'heure approche. Nous nous retrouverons à 23h15 en bas de l'escalier menant à l'estrade. Je vais allé chercher Katelyn.

    Sur ces quelques mots j'abandonnais Amanda. Mentalement je révisais mon discours, tout en me rendant jusqu'à Katelyn que je sentais au loin, son parfum bien gravé en moi. Arrivé aux côtés de Karolane et de ma protégée, je ne pus m'empêcher de sourire.

    - Katelyn, Mlle de St-Gelais, j'espère que tout se passe bien. Malheureusement je vais devoir vous voler ma charmante compagne, dis-je à l'attention de Karolane. L'heure du discours approche et j'ai besoin de mon porte bonheur à mes côtés.

    Après avoir salué Karolane et glissé ma main dans celle de Katelyn, nous nous dirigeâmes vers l'estrade. Les dernières directives furent données. Une charmante conseillère, choisie sur le volé allait m'annoncer avant mon entrée.

    - Katelyn, je te sens nerveuse … Ne t'inquiètes pas tout ira bien, dis-je alors que je l'avais attiré un peu à l'écart de la foule. Mes lèvres baisèrent furtivement les siennes. Tu seras près de moi, cela me rassurera et Derek sera là pour te soutenir.


    23h45 – Annonce du discours.


    Derek et Amanda nous avaient rejoint. Après s'être fait annoncé, nous nous retrouvâmes tous sur la grande estrade surplombant la foule. Nous avions 15mn de retard, suite à quelques incident techniques dues à une grosse rafale de vent. Je tenais Katelyn par la main, sans aucune gêne. Derrière elle se tenait Derek qui allait donc encadrée les deux fragiles humaines. La foule criait, impatiente, heureuse aussi. Des applaudissement retentirent et me firent sourire alors que je me trouvais devant mon pupitre sur lequel se trouvait le bouton déclenchant le feu d'artifices. Après quelques salutations et remerciement, je pris la parole.

    - Mesdames et Messieurs, citoyens de Chicago, touristes ou voisins, je vous remercie d'être venus si nombreux pour célébrer le passage à l'année 2021. C'est un honneur pour moi d'être accompagné de personnes fidèles et de confiance. Mon Ami et bras droit, Derek MacGalan, dis-je en présentant mon ami, ma fidèle et merveilleuse Assistante sans qui beaucoup de choses seraient impossibles; et mon amie, Katelyn Connoghan. J'ai tenu à vous les présenter pour une seule et simple raison. Ils sont mes amis, ils sont humains. Beaucoup d'entre vous pensent que je ne m'entoure que d'êtres de ma race et pourtant ce n'est pas le cas. Je travaille collaboration avec tout le monde, Humains comme Vampires.
    J'ose rêver d'un monde où nous vivrons tous en harmonie. Vous avez tous du entendre parler d'un groupement d'humains terroristes qui sembleraient vouloir me détruire, détruire ma race. J'aimerai leur dire que l'inconnu fait peur et que la violence engendre, en plus de la peur, la violence à l'état pure. Je tiens au respect de ma ville et de ses habitants. Je ne laisserais personne détruire ce que je cherche à construire : une ville sûre dans laquelle il fait bon d'y vivre.
    (...)
    Mon désir est de voir l'année 2021 se dérouler dans le bonheur et la prospérité. Je rêve de voir nos mondes s'apprécier, se tolérer, au lieu de s'entretuer. Pour 2021, je vous souhaite à tous et à toutes de vivre pleinement, de voir vos rêves se réaliser. Nous avons, tous ensemble, un long chemin à accomplir et j'espère sincèrement que nous pourrons avancer, main dans la main.
    Mes proches, ici présents, sont la preuve vivante d'une possibilité de conciliation, d'amitié. En tant qu'homme, en tant que citoyens et en tant que Vampire, je le dis haut et fort, je ne serais rien sans ces personnes uniques.
    (...)
    Enfants de Caïn, apprenez à respecter ceux qui vivent. N'oubliez pas qu'un jour passé, nous étions nous aussi des êtres vivants, aux cœurs battants. Humains, ne voyez pas en nous le mal incarné. Apprenez à nous connaître, à nous découvrir. Faites de cette fête une soirée exceptionnelle et inoubliable, celle où nos deux peuples se réunissent et fête ensemble. Je ferais tout pour ne jamais vous décevoir.


    Un bon quart d'heure était presque écoulé. Minuit allait sonner.

    - Mes amis, mes frères, mes soeurs, j'ai l'honneur de lancer ce soir le feu d'artifice. Je vous souhaite un bon spectacle. Ensembles, lançons le compte à rebours.

    La foule se mit alors à crier …

    10 … 9 … 8 … 7… 6 … 5 … 4 … 3 … 2 …1 … 0

    Alors le feu d'artifice, accompagné d'un jeu son et lumière commença. Et à cet instant un coup de feu, entendu seulement par les Vampires je crois, retentit. L'odeur du sang s'éleva bien vite. Je fus prit de panique, me retournant à vive allure.

    Le drame ...

_________________


¤ Dis moi Invité, oserais-tu semer le trouble dans ma ville ? ¤
Revenir en haut Aller en bas
http://chicago.vampire-legend.com
Karolane de St-Gelais
Artiste & Gérante de Intemporelle
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Jeu 29 Juil - 7:39

Je sens le coeur de la jeune humaine battre assez fortement dans sa poitrine. Je crois ne pas me tromper en disant qu'elle n'est absolument pas à l'aise dans cet élément, entourée de monde, de flashs, de gardes du corps. Elle n'est pas dans son monde. Elle me semble bien trop pudique pour être une femme mondaine. Mais elle a sa place ici car le Maire le désire. Je suis d'ailleurs très étonnée par le regard de l'homme le plus puissant de la ville. J'ai beau être beaucoup beaucoup plus jeune que lui, je reconnais le regard d'un homme presque amoureux, d'un homme conquit et charmé par une femme au sang qui fait palpiter un coeur bien vivant. Je le trouve bien courageux de se montrer ainsi aux côtés de cette charmante demoiselle. Elle semble visiblement être son point faire, c'est presque même une évidence.

Vous voulez toucher le Maire ? Alors touchez à son humaine, vous êtes certain de l'atteindre.

Le fait qu'il désire faire travailler la fameuse Katelyn prouve un peu plus qu'il lui fait confiance et qu'il désire l'intégrer dans son monde, faire en sorte qu'elle se sente bien, heureuse et épanouie, peut-être pour lui faire oublier qu'elle a été kidnappée ou achetée. Car je me doute bien que le Maire est passé par ce genre d'agissements pour se procurer son humaine après le ''suicide'' de sa précédente Servante.
Je suis évidemment étonnée et touchée de savoir qu'il a pensé à moi sans même me connaître. Quoi que il a certainement du faire des recherches me concernant. Ce m'importe peu. Ce qui compte c'est que je vais un accès quasi direct au Maire et je crois, en digne profiteuse et manipulatrice, qu'il est bon d'avoir certaines cartes de côté, pour prévoir l'avenir.

C'est donc naturellement et en souriant que je prends l'humaine à part pour discuter avec elle. Après tout je suis là pour là et je ne vais pas tourner autour du pot pendant trois heures. Lorsqu'il s'agit de ma galerie, je ne passe pas par quatre chemins. Je sais ce que je désires et si cette femme n'est pas capable de répondre à mes attentes alors je ne me forcerais pas à la prendre à mes côtés tout simplement parce que Môssieur le maire le désire.

Dans le regard de l'humaine j'ai pu lire de l'étonnement, mais peu à peu elle s'est détendue, me semblant soudainement bien plus à l'aise à mes côtés. La voilà donc qui prend la parole avec une voix bien confiante et un regard brillant d'intérêt. Je l'écoute attentivement en souriant. Elle aime l'Art, cela se sent, se voit. L'Art brûle sa peau, coule dans ses veines. Elle se dit perfectionniste elle aussi et comprend donc ce côté de moi que je ne cache pas.
Je hoche la tête tout en l'écoutant. Elle accepte bien rapidement le poste, se disant très certainement à la hauteur de la tâche et se montre curieuse à mon sujet, désirant tout simplement apprendre à me connaître, à connaître mon univers et je l'avoue, j'apprécie beaucoup. Discrètement, je plonge dans les pensées de l'humaine, vérifiant simplement qu'elle ne ment pas et je constate que non. Elle est sincère et réellement enthousiaste.

Vous désirez voir ? Avec plaisir, dis-je en souriant. Doucement je lui pris la main. N'ayez pas peur. Je suis illusionniste. Je vais vous donner un aperçu de mes quelques toiles, de ma galerie.

~ La devanture de ma galerie nous apparaît. Tranquillement nous pénétrons à l'intérieur de celle-ci. Rouge, beige, noir, blanc. Bois, fer. Tout se mêle pour un décor aux multiples facettes : romantique, trash, gothique, neuf, ancien. Je m'arrête devant une première oeuvre, laissant le temps à Katelyn de l'observer, puis je passe à une seconde, Une troisième et dernière. Et l'illusion prend fin. ~

Je souris, relâchant doucement la main de la jeune Katelyn.

Je peins depuis mon plus jeune âge. J'ai du commencer aux côtés de ma mère, dans les années 1895 environ. Mon style n'a rien de commun, je n'ai pas de style mais certain le décrirait de gothique romantique ou gothique trash. Honnêtement cela m'est égal. Je peins comme je le ressens. Mais il n'y a pas que mes oeuvres d'exposée. Alors si vous êtes réellement intéressée je le suis aussi. Le Maire sait où se trouve ma galerie, mais voici ma carte, dis-je en lui tendant un petit carton. Venez un soir, n'hésitez pas, nous pourrons parler plus tranquillement autour d'un bon verre de vin.

Oui finalement cette jeune femme me plais beaucoup. Il y a quelque chose chez elle qui m'intrigue et m'attire. On dirait moi en plus sage, en plus vivante aussi …

Le Maire refait son apparition pour récupérer celle qu'il qualifie comme étant sa compagne. Je souris et les remercie tout deux, rappelant à Katelyn qu'elle est la bienvenue chez moi, à n'importe quel moment. Je les regarde s'en aller puis, tranquillement, je pars à la recherche de Grigori, m'emparant d'une coupe de champagne au passage.
Alors que le Maire monte sur l'estrade, suivit de près par trois humains, j'arrive auprès du Directeur de l'Université, glissant ma main sur son bras en souriant.

Je ne vous ai pas trop manqué j'espère, dis-je amusée.

Le discours commence, la foule applaudit, elle sourit, d'humeur festive. J'écoute et même si je ne suis pas d'accord avec tout ce que le Maire peut dire, je dois avouer qu'il est extrêmement convainquant et charismatique. Et alors que le compte à rebours se termine, que le feu d'artifice commence, un coup de feu très léger se fait entendre. Mon regard se tourne vers la provenance du coup, un mouvement de foule se fait, des humains crient et s'éparpillent.

Qu'est-ce qui se passe !!??

L'odeur du sang m'enivre. Il provient de l'estrade sur laquelle les chosent bougent. Un humaine ou une humaine a été touché. Ils ne vont pas m'abîmer ma future employée quand même ?!
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Schofield
Vendeur de pizza // Scarecrow
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 34

Votre Personnage
Age du personnage: 38 ans

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Mer 8 Sep - 14:12

Ma montre se mit à sonner. C'était très léger et avec le bruit, j'eus du mal à l'entrendre, mais en même temps qu'il y eut l'alarme, mon coeur s'accéléra. C'était l'heure, bientot. Mes doigts serraient la petite fiole dans mon poing si fort que si je continuais, j'allais l'exploser. Il fallait que je me calme, d'abord se mettre en position. Les Crows n'étaient pas venu pour rien, et cette nuit allait être magnifique. Un panache de feu d'artifice, mais pas que... Il y aurait aussi du sang et des morts.

Toujours en dansant avec ma cavalière, je revis devant mon regard grand ouvert et observateur tous les détails de cette mise en scène qui allait être parfaite. J'en était certain. Nous avions eu beaucoup de mal à obtenir toutes les informations nécessaires et les infiltrés avaient joué gros pour nous faire parvenir tout ça, mais nous avions réussi, nous savions maintenant comment tromper la ceinture de sécurité autour du Gant Park et nous avions pu cacher quelques armes qui ne seraient pas de trop. Mieux encore, la personne que nous visions n'avait peut-être pas vraiment d'importance, mais ce n'était elle-même que nous désirions touché, mais bien son poste. Qu'elle soit vampire ou qu'elle soit humaine, cette personne n'aurait jamais du accepté un tel boulot pour des sangsues aussi tyraniques. Les dernières notes de musiques se firent avant l'arrivée du Maître Corbeau et sur sa scène perchée, il nous tint à peu près ce fromage...

Au début du discours, alors que tout le monde s'approchait de l'arbre du Corbeau, je m'excusais auprès de Gill, mais prétextant avoir vu un ami, je me séparais d'elle et lui promettait que j'allais revenir bien vite. Ce fut à ce moment que mourut Jeremy Schofield. Il ne restait plus que le Scarecrow. Il ne fallait que quelques minutes pour que l'amphétamine fasse de l'effet et je versais la fiole discrètement dans mon verre. Hop, derrière la cravate. Un frisson d'excitation me parcourut et je me glissais dans la foule comme si de rien était me rapprochant de la scène, encore et plus près. Il était si ironique de voir que sous l'estrade où se tenait les musiciens et maintenant les vampires, il y aurait les armes de leur destruction. J'attapais, tout comme mes compagnons une arme à feu, le plus minutieusement du monde caché dans des boites d'amplis.

Puis alors que sonnait presque la fin du long et particulièrement ennuyeux, du moins de mon point de vue, monologue et alors que la foule bougeottait à nouveau, nous nous écartâmes, et choisîmes des routes dispersées, loin de tout cela. J'étais un bon tireur, ayant fait mes classes à l'armée, je prenais donc le rôle du snipper, tandis que les autres crows seraient là pour effrayer la foule et tuer avec espoir un ou deux vampires dans le tas. Plaçant une cagoule sur mon visage, désormais tout de noir vêtu, je grimpais dans l'arbre au momen où le Mayor invitait à crier le compte-à-rebours. Cela allait être ton heure, Maître Corbeau... Oui, toute ton heure... Ecoute bien!

10... Je fixais un silencieux sur mon arme de poing, une semi-automatique, des Manufactures d'Armes de Saint-Etienne, de France donc... 9...Ils avaient peut-être un gouvernement de m*rde, mais leur FAMAS étaient plus que réputé pour être de superbes snipper... 8... Leur impact parfait était à 300 mètres, à peu près la distance que j'étais... 7... J'épaulais, m'habituant au poing, à la texture, à la puissance de l'arme... 6... Pour le moment nous n'avions pas été repéré... 5... Toutes les sangsues pensaient leur sécurité à toute épreuve, ils allaient voir à quel poing ils s'étaient trompés... 4... Je cherchais dans le viseur, ma cible, délicate créature, ce fut le Maire qui tomba le premier dans la petite lunette... 3... Une envie folle de lui bousiller le cuir chevelu vint chatouiller mon bras, mais je réussis à me retenir... 2... Je me baffais intérieurement et retrouvais ma cible... 1... Le doigt pressa lentement la gachette... 0...

GAME OVER... INSERT COINS...

Le recul de l'arme fut extraordinaire, du moins, tant la tension que contenait mon corps était forte. La balle fila droit vers sa cible. Malheureusement la balle ne l'attégnit pas là où elle aurait du... Sous la joie du compte-à-rebours, elle avait applaudit... Je ne savais pas où vraiment elle avait atterri cette foutue balle, mais elle n'avait pas eu la tête que j'avais visé. Je gromellais contre ma maladresse et sautais au pied de l'arbre. Les Crows se mirent à tirer, en l'air ou pas...

Et ce fut la débandade...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Jeu 9 Sep - 9:30

De la tension...oui c'est ça que je ressent en cet instant et ce même si je n'ai pas la moindre raison de réagir ainsi. Après tout contrairement à la petite servante ou compagne, je ne sais pas encore, dont le maire s'est entiché, jeune femme que je pourrais qualifier de charmante si je n'en étais pas un peu voir même beaucoup jalouse, ceci était loin, très loin même d'être ma toute première soirée officielle en compagnie du maire.
Pourtant sans pouvoir expliquer pourquoi je ne suis pas si à l'aise que j'aurais pu l'être ou vouloir l'être c'est tendue que je me trouve aux côtés d'Ivan pour peaufiner les quelques dernières petites choses en rapport à son discours.
Les restes de notre petite soirée ratée? Oui peut être un peu, mais peut être pas seulement, enfin bref, l'heure n'est de toute façon pas à se poser trop de questions mais bel et bien à continuer à tout préparer et à avancer afin d'être pleinement dans les temps.
Après tout on ne va tout de même pas faire retarder le feu d'artifice parce que j'ai passer cinq minutes à réfléchir à des bêtises n'est ce pas.

Je fut donc heureuse de constater qu'Ivan et moi étions tous deux sur la même longueur d'ondes quant à la façon dont allait se passer le discours qu'il allait prononcer mais aussi par rapport à ce qu'il allait dire, ce qui n'a finalement pas grand chose d'étonnant. En effet même si ces derniers temps nous avons étés un peu en froid lui et moi nous avons toujours été sur la même longueur d'ondes professionnellement. Tout fut donc bien vite mis en place et Derek mis au courant et c'est avec un léger sourire et un peu moins de tension que je reçu les compliments de mon cher patron, lui répondant bien vite afin que nous soyons finalement à peu près réconcilié lui et moi.

-Vous n'avez pas à me remercier monsieur, je n'aurais pas imaginer vous laisser passer cette soirée sans une assistante prête à taper sur les doigts de vous sous-fifre pour vous laisser vous amuser, quoi qu'il se soit passé entre nous. Allez y, je suis certaine que votre cavalière à besoin d'être un peu rassurée, si vous et moi sommes excités comme des puces ce soir elle ne doit pas être dans un meilleur état. Mais attendez une petite seconde, et ne vous en faites pas rien de sexuel ou de déplacé dans ce que je vais faire.

Et oui, désolée d'en décevoir certains mais je me suis juste contentée de remettre en place le nœud de cravate d'Ivan avec un petit sourire.
Puis je le laissa partir et reparti à mes occupations quelques instants avant que l'heure du discours ai sonné.
Une fois le moment venu je vint donc me placer comme prévu, allant même jusqu'à échanger un petit sourire avec la cavalière de notre cher maire, et oui en plus de faire bonne figure je veux tenter d'être gentille et agréable et d'arranger les choses ce soir.
Durant les minutes qui suivirent tout se passa donc comme prévu, le discours d'Ivan étant tout simplement parfait comme nous l'avions prévu. Puis vint le moment du feu d'artifice, moment que j'aime le plus dans ce genre de fêtes. Et oui, je suis encore un peu une gamine parfois et j'aime les feux d'artifices comme bon nombre d'enfants. Ironie du sort...pourquoi? Vous allez comprendre...

Lancement du feu d'artifice, mes yeux sont ailleurs mais quelquechose vient me perturber, que dit je me mettre à dire. Un cri, une douleur, énorme, atroce, insupportable un peu plus bas que ma poitrine, vers les poumons je dirais...oui un poumon, ça doit être ça et c'est surement pour ça que je n'arrive plus à respirer comme il faut alors que je suis à terre. Je viens de me faire tirer dessus, je ne suis bien entendu pas encore capable de le dire, de m'en rendre vraiment compte et ce tout simplement parce que même si j'ai mal et que je vois le sent s'écouler hors de mon corps je n'ai pas assez de forces pour réfléchir à ce qui a bien pu m'arriver.
La seule chose que je parvient encore à faire n'est finalement autre que chercher du regard Ivan ou Derek. Oui, il me faut trouver un visage familier dans ce qui me semble déjà être l'enfer, il me faut trouver de l'aide si je veux survivre, car je le sent, ma vie est dores et déjà menacer et même bien plus que ça.
C'est finalement tout naturellement que je prends tant bien que mal la parole, dans un râle de douleur alors que des larmes se sont déjà mises à couler de mes joues.

-Ivan...Derek...


Ben quoi? Ils n'ont peut être pas compris, pas vu, pas entendu...après tout je n'avais rien entendu moi, je n'ai rien vu venir, je sent juste la douleur à présent et peut être même déjà bien pire...
Revenir en haut Aller en bas
Derek MacGalan
Bras droit du Maire
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Jeu 9 Sep - 12:43

Le Maire était dans le carré VIP et la pression se relâcha imperceptiblement. Le passage dans la foule s’était correctement déroulé, il n’y avait pas eu trop de débordement, tant haineux que passionnés. Cela faisait donc déjà une épine dans le pied de moins. Traverser une foule était toujours un moment particulier, très délicat, car on ne savait jamais vraiment comment cela pouvait se passer et cela pouvait dégénérer tout aussi vite.
Rassuré sur ce premier point, je restais tout de même sur mes gardes, les ennemis d’Ivan se comptaient en grand nombre et je ne doutais pas un instant qu’ils se trouvaient bien présent à cette soirée de fête. Rien de tel qu’une masse humaine pour se fondre dans le décor et rester caché. Les nouvelles apportées par Arseline n’étaient pas bonnes et je me devais de les prendre en compte. Niveau sécurité, j’avais fait les choses en grand, mais nous n’étions pas à l’abri d’une quelconque trahison, encore moins d’une tentative d’attentat…

Je gardais donc le Maire à l’œil, ainsi que ses proches.
J’attendais avec une certaine appréhension l’heure du discours, cela ne tarderait plus maintenant, il nous restait plus qu’un quart d’heure devant nous. Je donnais donc mes directives à mes troupes, de manière à être assuré que chacun soit bien en place, près à intervenir en cas d’action violente.

C’est ce moment là que choisi mon ami pour venir m’exposer son envie de m’avoir près de lui sur le podium, ainsi que sa secrétaire Amanda et sa nouvelle servante, katelyn. L’idée ne me plaisait guère, mais il y tenait, je dus donc me résoudre à accéder à sa demande. Il alla donc chercher celle-ci qui discutait avec la jeune directrice de la galerie d’art.
Un problème technique nous mis en retard, mais les choses rentrèrent rapidement dans l’ordre.

Conformément à sa demande, alors qu’il se positionnait devant le micro, je restais en arrière avec les deux jeunes femmes. Bien qu’humain et malgré certaines divergences, je reconnaissais qu’Ivan était foncièrement courageux, droit sincère et qu’il tenait réellement à cœur cette union entre les deux races, malheureusement, beaucoup refusait cela en bloc et je trouvais cela déplorable.
Toujours à l’affut, j’écoutais cependant le discours du Maire et l’heure du compte à rebours sonna enfin.

D’une même voix, la foule fit le décompte, un moment unique, dont j’espérais que tout un chacun comprenne l’ampleur et l’énorme pas en avant qui était fait ce soir.

Au moment ou le Zéro fusa…. Mon regard averti capta un mouvement de foule anormal, des cris, la panique… je mis un certain temps à me rendre compte de ce qui se passait et avec horreur, je vis Amanda s’écrouler à mes côtés… le pire scénario venait de se produire, l’une d’entre nous avait été touchée…

Tout en me penchant sur l’assistante d’Ivan, je hurlais des ordres dans mon oreillette, prévenant mes hommes de boucler le périmètre et de sécuriser la Zone. Nous étions passés en Code rouge et chacun savait ce qu’il avait à faire.
La sécurité se déploya devant la scène, empêchant toute sorte d’approche sur celle-ci, pendant que les autres partaient en chasse pour retrouver les auteurs de cette tragédie.
Une fois cela fait, je m’occupais de la jeune femme, en hurlant au Maire de venir me rejoindre. J’espérais qu’il puisse faire quelque chose pour elle.

Je mis en pratique mes savoirs en matière de sauvetage et installa la jeune femme comme il fallait. >Mes deux mains en point de pression sur sa plaie, tentant de stopper l’hémorragie.
Mon regard capta le sien, et je ne cessais de lui parler pour la rassurer…


« Amanda, tenez bon, nous allons vous sortir de là…. Ne vous endormez surtout pas, parlez moi de vous, dite n’importe quoi….chantez même si vous le voulez ! Mais restez avec moi…. je vous en conjure, restez avec moi....»

Je l’avais pressenti, rien ne s’était déroulé comme prévu…. J’étais furieux contre moi-même, furieux contre ces humains qui ne comprenaient rien…aveuglés fanatiques et qui ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez….
Je haïssais mon travail…
Je haïssais la terre entière…

Je pensais alors à Kate, restée toute seule en retrait et je hurlais le nom de mon ami….
Pourquoi le temps semble-t-il figé quand tout va mal, pourquoi tout semble au ralenti…

« IVANNNN !!! mais qu’est-ce que tu fous BORDEL !!!»
Revenir en haut Aller en bas
Grigori Karn
Directeur de l'Université
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 26/03/2010
Age : 31

Votre Personnage
Age du personnage: 728 (réel) 28 (physique)

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Jeu 23 Sep - 0:25

La soirée suivit son cour. Karn buvait du champagne avec nonchalance. Il observait tout ce remue-ménage. Vampires et humains courraient tous les deux ensemble dans tous les sens pour une fête si bénine. Franchement Grigori ne voyait pas l'intérêt de s'agiter comme ça pour un événement annuel. C'était son 729ème nouvel an alors ce genre de festivités le lassait. Ce qui le répugnait encore plus, c'était de voir vampires et humains s'agiter ensemble pour le bien de la fête. Quelle horreur de voir une race si inférieure cohabiter comme ça avec son prédateur.

Il restait maintenant un quart d'heure avant les douze coups de minuit. Quel ennui cette soirée. Finalement, Grigori se demanda si il avait bien fait de venir ici finalement. Certes la rencontre avec le maire et son esclave fut très divertissante et parler avec Karolane le fut d'autant plus. Mais là ça faisait un moment qu'il ne s'était plus diverti. Quand on parle du loup ... La belle artiste surgit de nul part pour glisser sa main délicate sous son bras. Le directeur posa son regard noir sur elle. Elle lui sourit, et il lui rendit ce sourire.


- Je ne vous ai pas trop manqué j'espère.

- Je me disais justement que cette soirée était bien ennuyeuse sans vous. J'ai besoin de compagnie pour supporter le discours barbant de notre cher maire.


Un discours qui commença justement. Un discours interminable et minable tout court d'ailleurs.Il prônait encore ses grandes idées de vampires et humains vivant main dans la main. Quel idiot. Il fallait être vraiment stupide pour croire encore à une harmonie des deux espèces après avoir foulé le sol de cette terre pendant plus de 800 ans. Ivan était décidément devenu si faible. Karn était presque déçu d'en avoir fait son ennemi. Mais si le maire était faible émotionnellement il n'en restait pas moins plus vieux que le directeur qui ne pourrait pas utiliser ses pouvoirs contre lui. Il fallait la jouer fine.

Le feu d'artifice commence enfin, Karn n'avait même pas fait attention au compte à rebours. En même temps il s'en fichait complètement. Il regarda les feux de lumières étinceler dans le ciel. Il fallait avouer que c'était un beau spectacle. Mais le directeur n'eut pas le temps de s'émerveiller longtemps sur ces feux. Un coup de feu se fit entendre, léger, presque inaudible, mais bien là. Karolane l'avait entendu aussi. Les humains se mirent à courir et à crier en montrant la scène du doigt. L'odeur agréable du sang parvint aux narines du directeur. Pas de doute, si blessé il y avait il était humain. Il se lécha les babines et fit alors à sa compagne:


- Ma chère il semblerait que je doive finalement vous laisser, je ne voudrais pas manquer le clou de la soirée. Au plaisir!

Le vampire laissa la jolie main de la belle lâcher son bras avant de partir vers la scène à très grande vitesse, stimulé par l'odeur du sang. Peu importe qui avait tiré ce coup de feu, peu importe qui était blessé. Cette agitation était l'occasion rêvée pour Karn de jouer la première pièce de sa bataille contre le maire ... Il avança donc et arriva devant l'estrade. Il se faisait discret afin de ne pas se faire voir. Tout le monde, le mair y compris étaient acculés autour de la blessée, qui devait être l'assistante du maire si Grigori se souvenait bien.

Ce qu'il vit fut alors inespéré, presque parfait. En effet c'était le clou de la soirée. Katelyne était seule. La servante qui faisait à nouveau battre le cœur sec et mort du maire se trouvait sans la moindre protection. Il ne devait pas rater ça et il fallait faire vite. Le directeur fonça à une vitesse folle sur la servante et enfonça ses doigts crochus dans sa délicate gorge avant qu'elle ne put se rendre compte de sa présence. Le sang chaud et délicieux coula sur la main du directeur qui mit sa tete à l'oreille de l'humaine et fit alors d'un ton ravi:


- Ce fut un véritable plaisir de se connaître ma chère.


00h02, heure du décès pensa-t-il. Il la lâcha et la laissa tomber sur l'estrade. Karn quand à lui, se sauva en quatrième vitesse au milieu de la foule. C'était un homicide net et sans bavures, trop rapide pour avoir de témoins. Le maire venait de perdre sa favorite. À présent il saurait qu'un concurrent sérieux tentait de l,atteindre. et cet attentat n'était que le premier d'une longue liste. Ivan n'avait qu'à bien se tenir car Karn avait vu une brèche dans sa défense, et il venait de frapper pile à cet endroit ...
Revenir en haut Aller en bas
Katelyn Connoghan
Propriété d'Ivan Nikolaï
avatar

Messages : 740
Date d'inscription : 29/10/2009

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Jeu 23 Sep - 8:31

J’appréciais réellement la compagnie de la fille de Caïn, j’aimais les gens passionnés, je l’étais moi-même. Mettre son cœur et ses tripes dans les choses que l’on aime, un don de soi, un don magnifique… J’aimais sa façon d’être avec moi, elle était droite et sincère et franchement cela faisait du bien. J’avais les ronds de jambes et l’hypocrisie en horreur. Mais elle, elle me prenait normalement, pas de faux semblant… ou alors elle était excellence actrice et je sentais dans notre conversation qu’on était sur la même longueur d’onde. Je savais que si je ne lui convenais pas, elle ne me prendrait pas, elle était indépendant et libre et ne ferait pas d’exception sous prétexte que j’étais avec Le Maire… un très bon point pour elle.

Pour satisfaire ma curiosité, elle m’emmena dans sa galerie d’art d’une très curieuse façon. Elle m’enveloppa dans une illusion, plus que très réelle afin que je puisse admirer ou me faire une idée de son travail. J’étais toujours étonnée par les capacités des vampires, on avait beau être au courant de ce qu’il savait faire, mais j’étais toujours surprise lorsque je me trouvais devant les faits accomplis… et j’adorais ça.
J’étais comme une petite fille devant une énorme glace… Elle me fit visiter les lieux et son art particulier… beau, romantique…terrifiant aussi….
Puis, elle me ramena dans la réalité.


« Vos toiles sont magnifiques, j’aime beaucoup… Vous êtes vraiment talentueuse ! et je serais honorée de travailler à vos côtés… vraiment… »

Je l’écoutais m’expliquer ce qu’elle faisait et elle me confirma qu’elle était intéressée par moi, elle me remit donc sa carte, m’invitant à passer la voir un soir. Toute en prenant la carte, j’acceptais sa proposition.

« Je verrais avec Monsieur Nikolaï afin qu’il m’emmène vous voir… j’ai hâte de découvrir votre galerie… Pourrais-je passer dans la semaine qui vient ? »

C’est à ce moment là qu’Ivan vint me chercher. C’était déjà l’heure du discours et je n’avais pas vu la première partie de la soirée passée… Un bon point.
De nouveau pas rassurée, je le suivis néanmoins, accrochée à son bras, un sourire aux lèvres…. Pour faire bonne figure. Tout en se rendant sur le podium, je le remerciais de m’avoir présenté à Karolane… j’étais ravie, j’en profitais également pour lui dire qu’elle acceptait de me prendre à la galerie et que j’étais conviée à passer dans la semaine.

Comme convenu, je me tenais légèrement en arrière sur la scène, en compagnie d’Amanda et de Derek.
J’écoutais le discours avec attention… presque fière. J’étais d’accord avec lui sur toute la ligne et je le trouvais courageux de se battre ainsi pour que l’union des deux races se fasse au mieux.
Puis vint le décompte… il me tardait de retourner à ses côtés…

A Zéro, les lumières éclatèrent dans le ciel et je ne compris pas de suite ce qui se passait. Puis un mouvement de foule se fit, c’était la panique. Apeurée, je cherchais à capter le regard d’IVAN, puis je vis avec horreur Amanda s’écrouler.

Tout se passa très vite, j’étais toujours en recul… Derek, la sécurité renforcée… je me retrouvais bien seule dans toute cette agitation…

Je ne voyais rien de se qui se passait, tout le monde s’affairait autour de la secrétaire du Maire et Ivan était également à ses côtés. Les autres balançaient entre curiosité mal placée et chuchotement sournois. Tout me semblait irréel, comme si j’étais le témoin muet d’une scène dans laquelle je n’étais pas… je n’avais pas ma place en cet endroit, je ne savais pas non plus où aller…
Alors, j’attendais sans rien dire…. J’espérais que la blessure d’Amanda n’était pas trop grave, ou du moins superficielle et puis je connaissais le don d’IVAN, je ne doutais pas qu’il l’utiliserait pour la sauver…

Un courant d’air glacial, j’avais froid soudain…
Des griffes acérées se plantèrent dans ma gorge, perçant ma chair, mon sang s’écoula rapidement, son odeur se répandant dans l’air…. J’étais tétanisée et je n’avais rien vu venir… Une douleur lancinante m’envahissait petit à petit, je ne pouvais plus crier, ni même parler, sans déclencher un flux de souffrance dans tout mon être… Dans un geste instinctif, j’avais porté mes mains à mon cou, tentant désespérément d’arrêter l’écoulement de mon liquide vital… en vain…

Puis cette voix familière qui vient murmurer à mon oreille…. Prisonnière de ma terreur, je n’arrive pas à mettre un nom ou un visage sur cette voix…
Tout s’est passé si vite…
Je finis par m’écrouler sur la scène, isolée du monde, sombrant doucement dans les noirceurs de la mort… des gargarismes pourpres et bouillonnants s’échappant de ma gorge, à chaque respiration…
Totalement effrayée, je tente de me raccrocher à la vie, mes yeux grands ouverts sur les feux d’artifices qui continuent d’exploser leur couleur sur le monde…. Indifférents aux heures macabres se déroulant à ses pieds….

_________________




~~ La musique donne une âme à nos coeurs et des ailes à la pensée ~~
(Platon)
Revenir en haut Aller en bas
Ivan Nikolaï
Maire de Chicago
avatar

Messages : 1503
Date d'inscription : 24/10/2009
Age : 35

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Jeu 23 Sep - 8:58

    Je m'étais promis que tout irait bien. J'avais dit à Katelyn que tout serait parfait. Derek avait toujours été un peu contre l'idée d'une telle manifestation mais il m'avait suivit. Amanda, elle, s'était toujours montré ouverte et enthousiaste malgré la pression. Mais tout ça était trop beau. Tout s'était bien déroulé jusqu'à présent, dans le calme, sans débordement. J'aurais du me douté que tout avait été trop parfait. J'aurais du me douter que ma ville n'était pas encore prête pour de tels rassemblement.

    La foule était entrain de crier, entrain de se disperser. Des coups de feu furent tirer en l'air, ce qui fit évidemment paniquer les humains. Mais rares étaient ceux qui comprenaient l'ampleur du drame. Mon premier réflexe fut de me tourner vers Katelyn qui était seine et sauve. Mais Amanda, dans un cri de douleur, la main portée à sa poitrine, tomba à terre. A cet instant je cru sincèrement que la Terre s'était arrêtée de tourner. J'étais ailleurs, comme extérieur à la scène, observant tout le monde, regardant autour de moi pour savoir d'où provenait le coup de feu. Mais avec l'agitation il fut impossible de savoir.

    Le service de sécurité se mit rapidement en place. Katelyn fut mise à l'écart pour l'éloigner d'Amanda et du sang. Derek s'affairait déjà, à genoux aux côtés de mon Assistante. Et moi dans tout ça ? J'étais, pour la première fois de toute mon existence, incapable de bouger, de réfléchir. Je haïssais le monde entier d'avoir gâché cette nuit, d'avoir blessé quelqu'un dans l'intention visible de tuer. L'odeur du sang était insupportable. Des cris, encore et encore … Derek hurlait aussi. Je l'entendais pourtant … Jusqu'à ce qu'il hurle plus fort.

    Alors cette fois je repris mes esprits. Un une faction de seconde je fus aux côtés de Derek qui avait déjà les mains en sang. Amanda avait été touchée en plein poumon et peut-être même plus. Difficile à dire avec tout ce sang. J'avais beau mettre nourrit jusqu'à l'écœurement, c'était difficile. Je bloquais aussi bien que possible mon odorat.

    - J'espère que l'ambulance a été appelé. Faite prévenir les hélicoptère au cas où. Je m'occupe d'elle Derek. Occupe toi du reste, occupe toi de Katelyn. Mon regard était troublé. J'avais peur, je n'ai pas honte de l'avouer.

    Évidemment les ambulances était proches, mais avec le mouvement de foule elles eurent du mal à atteindre la scène. Mes mains remplacèrent celles de Derek sur la plaie.

    - Amanda regardez moi. Ma main glaciale tapotait celle de la jeune femme. Ouvrez les yeux. Tout va bien se passer Amanda je vous le promet. Vous allez vous en sortir. Tout ne se passait pas assez vite, les ambulances ne venaient pas et je craignais un nouveau tire. Accrochez vous, je vais vous mettre à l'abri.

    Je soulevais la jeune femme tant bien que mal, à mon tour couvert de sang. Je descendis l'estrade, me mettant dans l'herbe avec la jeune femme, à l'écart de l'agitation. L'allongeant calmement sur l'herbe, cherchant à la maintenir réveillée, je relevais ma manche, mordant mon poignet pour le porter aux lèvres d'Amanda.

    - Vous devez boire Amanda. Faites moi plaisir par pitié, buvez.

    Je tentais de la forcer. Mais elle perdait peu à peu connaissance, avait du mal à respirer. A cet instant mon téléphone se mit à sonner et l'ambulance arriva. Les médecins me demandèrent de reculer pour les laisser travailler et c'est non sans mal que j'obéissais, décrochant le téléphone. C'était Derek. Avant même qu'il ne dise quoi que ce soit, je pris la parole.

    - Dis moi que vous avez retrouvé ces ordures Derek !!! Elle va mourir !! (…) J'écoutais mon ami, ma main ensanglanté se crispa, enfonçant mes ongles dans ma chaire. Un grognement animal s'échappa de mes lèvres. Retrouves là ! Maintenant ! Personne n'a le droit de s'en prendre à elle ! Je … je ne peux pas abandonner Amanda. Je compte sur toi Derek. Tu es le seul en qui j'ai réellement confiance ici. Rappelles moi dès que tu auras du nouveau.

    Il ne manquait plus que ça. Katelyn avait disparu. Je me jurais intérieurement de tuer ceux ou celles qui s'en étaient prit à Amanda, mais je comptais faire pire à ceux qui oseraient toucher à Katelyn.

    « Monsieur le Maire, nous devons y aller maintenant voulez-vous ... » Pas le temps de finir sa phrase que déjà je me trouvais aux côtés d'Amanda, grimpant avec elle dans l'ambulance. « Elle a perdu énormément de sang Monsieur et son état ne se stabilise pas malgré les perfusions. Je … je crains le pire »

    Le médecin avait une mine dépité. Intubée, pleine de sang et toute blanche, Amanda ressemblait à une poupée fragile et abîmée. Me faisant discret dans l'ambulance, tenant la main de mon assistante, je priais en ce Dieu que je ne croyais pas, pour qu'il lui laisse la vie sauve, pour qu'il protège ma douce Katelyn.
    L'ambulance filait à vive allure pour rejoindre l'hôpital le plus proche. J'étais dans un état lamentable, j'avais peur comme rarement dans le passé. Au bout de quelques minutes, mon téléphone se remit à sonner. Derek.

    - Dis moi que tu l'as trouvé Derek !

    J'étais paniqué, réellement paniqué. La communication fut réellement mauvaise, je n'entendis pas grand chose, seulement que Katelyn avait été retrouvé et ça … c'était merveilleux. J'entendis également qu'ils me retrouvaient à l'hôpital. La communication coupa mais je l'avoue, je fus soulagé, persuadé que ma douce Katelyn était seine et sauf. Seulement je me trompais sans le savoir.

    « Monsieur le Maire ! »

    Les moniteurs s'agitaient, Amanda allait de plus en plus mal.

    - Amanda, restez en vie !! hurlai-je dans l'ambulance qui filait, presque arrivée malgré les embouteillages.

_________________


¤ Dis moi Invité, oserais-tu semer le trouble dans ma ville ? ¤
Revenir en haut Aller en bas
http://chicago.vampire-legend.com
Karolane de St-Gelais
Artiste & Gérante de Intemporelle
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Jeu 23 Sep - 9:43

Mouvement de foule, cris, panique. Le coup de feu avait retentit, ou même les je dirais. La fête est finie pour certains mais vient visiblement de commencer pour d'autres. Sans que je ne comprenne pourquoi, le Directeur Karn me quitte, visiblement enthousiasmé par la tournure des évènements. Je relâche son bras et le regarde partir. Sincèrement … je reste plantée là sans réellement savoir quoi faire. L'odeur du sang chatouille mes sens; C'est la panique générale. Les hommes du Maire cherchent les responsables, du monde grouille autour de la blessée. Un coup d'œil malgré tout à la scène et je vois la jeune Katelyn complètement perdue. Personne ne s'occupe d'elle, elle reste seule. Si bien que je décide de la rejoindre.

Je me dégage difficilement du bain de foule, très difficilement même. Ça pousse, ça cri. Les agents de sécurité tentent de dégager le plus de monde possible du Grant Park. Sérieusement c'est de la pure folie, un merdier pas possible. J'ai beau hurler, personne ne se pousse réellement. Ça m'énerve tellement que je sors les crocs histoire d'en effrayer quelques uns. Je veux rejoindre Katelyn et ne pas la laisser seule. Finalement au bout de quelques longues minutes, je parviens à me dégager du bain de foule. Je passe derrière la tribune et voit une silhouette familière filer. Je m'interroge mais sans plus.

Katelyn ? Où êtes-vous ?

Pas de réponse. L'odeur du sang par contre est beaucoup plus présente. Je me précipite sur l'estrade et là vision d'horreur. Manquait plus que ça. Ces abrutis sont tous regroupés autour de l'autre humaine que personne ne s'est rendu compte que Katelyn a été elle aussi visée, attaquée. Le sang coule à flot, c'est impressionnant. Les mains portés à sa gorge, Katelyn est tombée à terre.

Et merde ! Katelyn restez avec moi.

Le regard brouillé de la jeune femme se pose sur moi, sa main ensanglanté se tend vers moi, cherchant de l'aide. Sérieusement elle ne mérite pas ça. C'est une humaine réellement charmante, elle est sympa et … putain vont pas me tuer ma future employée quand même !

Je vais m'occuper de vous, ne vous endormez pas vous entendez.

La mettre à l'abri, vite … Je l'embarque avec moi, lui arrachant des plaintes de douleur. Le sang coule de sa gorge déchiquetée, elle perd son souffle qui s'échappe en bulles d'airs; Elle va mourir et ça c'est hors de question. Ma robe n'est plus blanche, elle est rouge. L'odeur du sang est enivrante et franchement je lutte pour ne pas céder. Je soulève la pauvre humaine dans mes bras, une odeur s'échappe d'elle, que je connais. J'espère me tromper en disant reconnaître la présence du Directeur Karn. Il n'aurait pas osé faire ça quand même ?! Si … si c'est son genre je crois. Mais là franchement pas le temps d'y penser,

Je dépose Katelyn dans l'herbe, déchire le bas de ma robe pour faire un point de pression sur la gorge ensanglantée de la jeune femme. Elle a perdu connaissance, finalement ça n'est pas plus mal pour elle. Mon oreille experte suit attentivement les battements de son corps déjà très affaiblie. A cet instant je pense à mon Sire, à ce qu'il aurait fait pour sauver quelqu'un … Le sang. Le sang de Vampire peut aider à la régénération. C'est donc sans plus attendre que je mord mon poignet libre, j'arrache un bout de chaire et presse immédiatement ma peau contre les lèvres entre-ouverte de la blessée. Mon sang coule en elle.

Au loin j'entends quelqu'un qui appelle Katelyn. Putain c'était pas trop tôt.

ICI !!! PUTAIN GROUILLEZ VOUS !!!

Je manque cruellement de politesse, de tact, mais franchement faut se dépêcher. Quelques hommes arrivent en courant dont un que je crois reconnaître,

Magnez vous, il lui faut une ambulance. Elle s'est faite agresser et elle va mourir !

Un homme intervient, me hurlant dessus en me demandant ce que je fais. Ça n'est pas le chef évidemment alors je ne me gêne pas pour lui gueuler dessus.

Pauvre con ! Je tente de lui sauver la vie. C'est pas ton foutu sang d'humain qui pourra l'aider ! Appelles une ambulance au lieu de me faire chier !

Et mon sang coule encore. Le coeur bat toujours. Le prénommé Derek appelle le Maire je crois, j'espère en tout cas. Et puis au bout de je ne sais combien de temps l'ambulance arrive enfin.

Elle a perdu énormément de sang. J'ai essayé de compensé avec le mien, dis-je à un médecin. Évidemment on tente de me repousser, de me dire que c'est bon, qu'elle est prise en main. Je refuse. Non elle doit continuer à boire !! Dites leurs vous , dis-je en m'adressant au bras droit du Maire. Je peux lui sauver la vie ! Il lui faut plus de sang !

Au final il accepte. Nous montons dans l'ambulance, mon poignet nourrissant toujours la pauvre Katelyn. J'exige une poche de sang à boire, pour renouveler le sang que j'offre à l'humaine. Et l'ambulance file … pourvu qu'elle reste en vie.

Elle va s'en sortir, dis-je au bras Droit. Je sais que mes mots ne valent pas grand chose. Mais je crois qu'il a besoin d'être rassuré. Vous avez fait ce qu'il fallait.

Maintenant il ne peut plus faire grand chose pour la sauver, à part prier s'il croit en Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Schofield
Vendeur de pizza // Scarecrow
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 34

Votre Personnage
Age du personnage: 38 ans

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Jeu 23 Sep - 12:24

Ah, c'était magnifique. Le pandémonium dans toute sa splendeur. Cela aurait du être une nuit magnifique, avec des étoiles dans les yeux, du champagne à flot, de la bonne musique, tout cela... en l'honneur de notre cher Maire adoré, hein? Et bah nan! Que nenni! Rien du tout! Que dalle, zobolo! Vous n'aurez rien Maître Corbeau sur votre scène perché! Vous n'aurez que des cris, des peurs et la fuite de tout le monde dans une débandade pas possible. Magnifique, c'était ce que j'appelais du grand art. Cela aurait dû être des exclamations d'adoration devant les pétarades du 4 juillet, mais ce n'était que des cris de terreurs qui s'élevaient alors que les feux d'artifices continuaient à exploser au dessus de nos têtes, offrant de temps en temps une bonne lumière pour nos yeux humains. Je n'avais pas le temps d'observer la scène, fallait fuir prestissimo, car la colère du bonhomme au pouvoir allait se faire sentir, mais j'imaginais le devant de la scène se désemplir de toute la masse humaine qui s'était groupée. Ah, sa fête de fin d'année venait de virer au cauchemar... J'étais content... Cela faisait longtemps que je n'avais pas été dans un tel état, mais je devais avouer que ce soir, j'étais vraiment content, joyeux, euphorique... Hmm, ça, c'était à cause de l'ampoule d'amphétamine que je venais d'ingérer.

Je filais entre les arbres, balançant l'arme dans les fourrés, plus besoin de ce machin encombrant maintenant, je n'avais besoin que des lames dans les fourreaux dans mon dos. Il n'y avait que ça de vrai contre les vampires. Un gars de la sécurité, visiblement, dans son costard et sa cravate, surgit au coin du bosquet. Et vlan, un pain dans la figure avant même qu'il n'ai eu le temps de voir qui était son agresseur. J'allais pas non plus rester là, je filais droit vers une sortie que tout le monde était en train de prendre, fallait se fondre dans la foule, et tout de suite. Quelques Crows étaient encore derrière, pensant que le Scarecrow se trouvait encore sur les lieux à viser le Maire. Mais j'étais déjà loin, pourtant, ils attiraient l'attention des autres. J'espérais qu'ils auraient le temps de fuir aussi. Et puis, ce fut mon tour d'être inattentif, car un molosse, une ombre monstrueuse me sauta dessus et nous débutâmes un pugilat magnifique. Roulé-boulé dans le fossé, ce bout de parc longeait une mare, nous avions fini sur les berges, pas loin des coincoins endormis. Et vlan que je me pris la clôture dans les côtes, pourtant, je ne ressentis pas la douleur, simplement le fait que je venais de me casser une ou deux côtes, c'est tout.

Il voulait jouer le dents-tranchantes? En tout cas, il avait l'air en pétard et moi, comme un con, je souriais, d'un air de dire: on joue à la marelle? J'eu à peine le temps de me relever, de sortir un couteau de chasse qu'il était à nouveau sur moi en train de pestiférer des insultes, comme un serpent qui siffle. Autant dire que j'aimais les femmes en colère, mais les vampires qui pètent un câble, çà, j'aimais pas! Il tenta de m'étrangler, mais en faisant cela, j'avais mes deux mains de libre et tant pis si je pouvais plus respirer. La lame de mon arme traversa ses vêtements et coupa son torse aussi facilement que dans du beurre. Sur le coup, comme tout le monde, du moins, comme quelqu'un de pas aussi cinglé que moi pour oublier la douleur dans les côtes, il me lâcha et s'occupa, une courte seconde de sa blessure, surpris. Je ne perdis pas de temps pour à mon tour lui sauter dessus le pousser violemment contre la clôture et mettre toute ma force dans un mawashigeri. J'oubliais la douleur affreuse qui vint me vriller les tympans et continuais en le poussant contre la clôture. J'allais faire quelque chose de bien dégueulasse, j'allais m'en foutre partout, mais tant pis. Le couteau militaire dans les mains vint se retourner, lame contre mon bras et serrant plus que de raison le manche, je vins planter la lame dans sa trachée. Sec, net et précis. Faisant cela mon visage se retrouva près du sien.


- Souviens-toi de ce visage, vampire, tu ne le reverras jamais!

Surpris par la violence du coup, surement, il ne réagit qu'à moitié, tentant de se dégager du couteau planté en travers de sa gorge, mais en pleine possession de mes moyens, aidé par l'amphétamine, je réagis plus vite et arrachais, tirant vers moi le couteau. La peau se déchira et la trachée vint avec, le sang gicla et ce fut une pluie carmin qui m'aspergea. Tant pis. Mais le vampire était pas mort pour autant, loin, loin, loin de là... Fallait le finir, le zigouiller, l'atomiser, le ventiler pour que plus jamais il ne puisse fouler la Terre. Mon couteau termina le boulot et la tête vint tomber sur le sol. Dans ma poche un briquet et une fiole d'essence. C'est toujours pratique car ça brule bien... l'essence. Hop, en plein sur le corps de l'immortel mortel et hop, feu de camps, ça c'était bien plus beau que le feu d'artifice à la noix pour rassembler les humains. Encore une fois, pas question de rester là et d'observer ce que j'avais fais. Il n'y avait plus de bruit de mitraillette dans le coin, tous les Crows avaient du s'enfuir, ce que j'espérais, pas question de rester là, donc. Le problème, c'était que je puais le sang alors aussi fis-je un joli saut dans la mare. Certes, ça n'allait pas laver toute l'odeur, mais ça allait au moins l'atténuer.

En tout combien de temps cela m'avait pris? Aucune idée... 2 minutes? 12? Quarante-douze? Je ne savais pas, mon cerveau était dirigé uniquement par l'amphétamine et alors que je me faufilais dans cette foule grouillante, hors du parc, j'étais encore incapable de me rendre compte de qui j'étais, où, comment, pourquoi... Par contre, je savais pertinemment qu'une fois sevré, j'allais morfler sévère avec les côtes en moins, le cou douloureux surement avec de beaux bleus un peu partout et une migraine du diable. Ce n'était pas bon cette putain de chose, mais j'avais que ça contre les vampires. Quand il y a deux malheurs, il fallait toujours prendre le plus petit.


* * *

De l'autre côté du parc, un Crow attirait les vampires de son côté. Il ne se donnait pas beaucoup de chance de survie. Scarcrow lui avait annoncé la chose il y avait plus d'une semaine, et il s'était préparer à mourir pour sa cause. Il espérait tout simplement qu'il ne meure pas pour rien et que Scarecrow qu'il n'avait jamais rencontré s'en sorte et continue à éliminer les vampires de la surface de la Terre. Il ne vit pas le mastodonte immortel qui le contournait dans un bosquet et qui vint se jeter sur lui. Il essaya tant bien que mal de se donner la mort en retournant l'arme contre lui, mais le vampire lui arracha l'arme des main et ce fut le noir... La fin de l'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Jeu 23 Sep - 15:36

Douleur, bruit, agitation, sang...je suis incapable de résumer la situation autrement pour le moment, du moins je n'ai pas l'impression d'être capable de faire une telle chose étant donné la situation dans laquelle je me trouve en cet instant.
De toute manière je suis tout simplement incapable de penser convenablement, ayant déjà du mal à parler et tout simplement à respirer comme il faut. Je ne sais pas qui m'a tirer dessus et ne sais pas non plus si j'étais véritablement sa cible mais une chose est certaine il ne m'a pas raté bien au contraire, au point que même dans l'état dans lequel je me trouve en ce moment je me demande si j'ai bien fait d'appeler à l'aide et ce tout simplement parce que je ne suis pas certaine que quiconque pourra faire quelquechose pour moi.
Vous pensez certainement que je suis pessimiste? Oui peut être, mais je crois que je suis tout simplement réaliste.
Enfin...quoi qu'il en soit j'ai tout de même appeler de l'aide, n'appelant que les personnes en qui j'ai vraiment confiance. Pourquoi? Et bien pour ne pas prendre le risque de voir quelqu'un arriver pour m'achever même si mes chances de survies sont minces.

Fort heureusement pour moi et ce d'autant plus après les forces que j'ai utiliser pour appeler de l'aide, Derek arrive bien vite à mes côtés pour me venir en aide. Simple spectatrice de ce qui est entrain de se passer autour de moi alors que je semble pourtant être une des actrices principales, j'observe le bras droit du maire qui se penche au dessus de moi tout en hurlant dans son oreillette des ordres que je n'essaie même pas de comprendre, ne voulant pas perdre de précieuses forces pour rien. Telle une simple poupée de chiffon je le laisse donc faire en lui faisant pleinement confiance, ne me concentrant que sur ma respiration de plus en plus difficile tout en tentant tant bien que mal de garder les yeux ouverts le plus longtemps possible alors que Derek semble tenter d'arrêter ou du moins de limiter l'hémorragie dont je souffre tout en se mettant à présent à me parler.
Il voulait que je tienne le coup, que je ne sombre pas dans un sommeil dont je ne reviendrais peut être jamais. D'après lui il fallait que je lui parle et c'est ce que j'allais tenter de faire, ne voulant pas abandonner avant même d'avoir tenter de me battre.
C'est donc tout en tentant fébrilement de bouger mon bras afin d'attraper le poignet de Derek et d'avoir à ma façon une dernière attache dans la réalité...au cas où...que je me mis à parler.

-Merci Derek...m...merci pour tout...je sais que...que vous allez faire ce que vous pouvez mais...si...si ça ne marche pas...dites à Ivan que...qu'i...qu'il ne doit pas me venger...

Rien à faire même en parlant je n'ai pas l'impression que mes forces veulent revenir ni même rester auprès de moi et c'est en partie pour cette raison que j'ai choisi de ne pas parler de tout et de rien, de profiter des minutes de conscience qu'il me reste pour dire ce que j'ai à dire au cas où...parce que je ne suis sure de rien du tout.
Fort heureusement je n'eu pas à faire face à un Derek qui aurait pu me faire le moral de tenir un tel discours puisqu'Ivan arriva enfin. Une fois encore je ne pris pas la peine d'écouter et de tenter de comprendre les mots qu'il échangea avec Derek, me contentant tout simplement de lâcher celui ci, ma main retombant alors le long de mon corps ensanglanté et de plus en plus faible.
Bien vite je sentis les mains de Derek quitter mon corps, celles ci étant immédiatement remplacées par les mains glacées d'Ivan, contact qui m'arracha un nouveau petit cri de douleur alors que mon corps était parcouru de frissons.
Cette fois ci lorsque mon patron se mit à parler je me concentra le plus possible pour l'écouter et écouter ses conseils tout en le laissant bien entendu pleinement faire, le laissant me porter vers un lieu un peu plus sur alors qu'une fois encore je rassembla mes forces pour tenter de lui dire à lui aussi quelques mots.

-Ne...ne dites pas de bêtises...je sais que...ça va mal...vous allez avoir besoin de...d'une remplaçante...mais...m...merci...pas qu...que pour aujourd'hui...pour t...t...tout.

Puis une fois encore je ne put pas en dire d'avantage puisqu'Ivan vint me poser à terre mais aussi parce que mes forces sont trop peu nombreuses pour que parvienne à trouver de nouveaux mots et à les faire passer la barrière de mes lèvres, d'ailleurs mes yeux eux aussi semblent avoir de plus en plus de mal à rester ouvert et ce même si j'y met toutes les forces qu'il me reste. Des forces, il m'en faut aussi quand Ivan vient s'ouvrir le poignet afin de me faire boire un peu de son sang, sang que je tente tant bien que mal d'avaler alors que j'ai de plus en plus de mal à déglutir, mon regard tentant de s'accrocher à celui du Maire afin de ne pas se fermer trop vite et de ne pas laisser ce froid glacial qui semble ne plus vouloir me lâcher s'emparer encore un peu plus de moi.
Puis ma déglutition devint impossible tout comme le fait de rester consciente, mes yeux se fermant petit à petit avant que je sombre finalement dans l'inconscience, mon corps semblant vouloir se concentrer le plus possible sur le fait de respirer et ce même si une telle chose semble dores et déjà être peine perdue.
Toutefois même dans cette inconscience quasi totale je semble être encore capable d'entendre ce qui se passe autour de moi mais aussi de sentir tout ce qui peut bien se passer autour de mon corps, le tout tout n'étant bien entendu plus qu'une petite poupée de chiffon qui doit avoir bien piètre allure.

Je ne le sais bien entendu pas mais me voilà dans une ambulance, Ivan à mes côtés, sa main dans la mienne, main que je sent finalement bien peu alors que je respire de moins en moins bien, cette faible respiration et les battements de mon cœur se ralentissant étant connus de tous par les moniteurs branchés un peu partout. Lorsque le cri d'Ivan résonne à mes côtés il est déjà trop tard, au point que je n'en ai rien entendu, les moniteurs autour de moi s'affolant chaque fractions de seconde un peu plus avant qu'ils n'aient plus rien à détecter. Ceux qui se trouvent autour de moi, vous dirons probablement qu'on s'est affairé encore quelques minutes autour de moi pour tenter de me ramener à la vie mais rien n'y a fait. A trop vouloir faire passer mon travail avant ma vie il semblerait qu'il m'ai tué. Toutefois je suis partie sereine avec un seul espoir, que Derek transmettra à Ivan mes dernières paroles, qu'il ne le laisse pas se battre en vain puisque quoi qu'il fasse rien ne pourra me faire revenir ni effacer ce qui s'est passé en cette nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Derek MacGalan
Bras droit du Maire
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Jeu 23 Sep - 17:21

Je le savais, je le savais… je le savais…. !!!!

Cette phrase ne cessait de tourner dans ma tête. J’étais en boule, parce que depuis un moment, je savais que cette grande soirée ne devait pas être, que c’était trop tôt, les habitants de cette ville n’étaient pas prêt pour ça, pas encore. Je l’avais dit à Ivan et il ne m’avait pas écouté, une fois de plus.
C’est vrai, j’avais beaucoup plus les pieds sur terre que lui, j’avais même moins fois en l’humanité que lui, j’y pouvais rien, j’étais ainsi. Mon métier me prouvait tous les jours que j’avais raison, que c’était une quasi pure utopie… Bien sûr certains étaient au dessus de tout cela, mais si peu…

Je haïssais cette soirée, je haïssais ces empêcheurs de tourner en rond, il fallait toujours que des gens gâchent les choses, une fois de plus, mon raisonnement me donnait raison.
Mon regard accroché à celui d’Amanda, je ne lâchais pas la pression de mes mains sur sa plaie, j’essayais de l’accrocher à la vie, je tentais le tout pour le tout.
J’écoutais d’une oreille attentive ce qu’elle tentait de me dire avec peine… Pour ne pas la démoraliser encore plus, j’acceptais de transmettre le message, sachant très bien qu’Ivan n’en ferait rien. Mais à quoi bon lui dire….

« Ne vous en faîtes pas Amanda, je lui dirais…. Penser à autre chose, à ce que vous aimez dans la vie, aux personnes qui comptent pour vous… »

Ivan arriva enfin et pris ma place auprès d’elle. J’étais plus tendu que jamais, mon bras engourdit, plein de fourmillement, je me relevais…. Je le connaissais bien, il avait peur, il n’était pas vraiment lui-même et j’espérais qu’il allait se ressaisir… je ne pourrais pas gérer tout, tout seul.

« Oui l’ambulance arrive et l’hélico est également prévenu… je vais aller voir Katelyn oui et demander un compte rendu des personnes que j’ai envoyé arrêter les fautifs de tout ce merdier…. »

Je lui avais répondu machinalement, sans aucune intonation particulière, pourtant avant de le quitter, je lui tapotais l’épaule….

Après avoir passé quelques coups de fils, pour savoir l’étendu de la situation, je me mis en quête de la servante du Maire.
La dernière fois que je l’avais aperçue, elle était encore sur la scène…. Mais elle n’y était plus. Mon cœur se mit à battre la chamade, un goût amer dans le fond de ma gorge…. Où est-ce qu’elle était passé ?

C’est cet instant que choisi un de mes hommes pour m’appeler. Il me fit savoir qu’ils avaient arrêté l’un d’eux et je ne pus retenir un soupir de soulagement. Parfait ! c’était déjà ça de pris….

J’appelais donc Ivan pour lui dire que on avait arrêté quelqu’un mais que par contre aucun trace de Katelyn, je ne savais pas trop s’il avait bien tout compris entre le bruit des sirènes, les hurlements des quelques personnes qui restaient encore dans le parc, ainsi que la très mauvaise communication.
Alors que la disparition de la jeune femme, commençait sérieusement à m’inquiéter, je n’arrêtais pas de hurler son nom, mettant au parfum une poignée de gars en qui j’avais une entière confiance. Des vampires pour la plupart à une exception près.

Après un énième tour de la scène, j’entendis un charmant et harmonieux :

ICI !!! PUTAIN GROUILLEZ VOUS !!!

Le genre de phrase qui ne me dit rien qui vaille, je n’avais pas tord, la situation venait de nouveau d’empirer.
La belle était ensanglantée, étendue sur le sol, sa vie ne tenant qu’à un fil… sa vie suspendue à l’intervention de mademoiselle de saint Gelais. Avant de m’approcher, j’appelais de nouveau une ambulance, leur hurlant de se dépêcher….
Alors que je criais de foutre le camp à l’un des policiers sur place, je m’approchais enfin...
Entendre une fille de Caïn dire qu’elle allait mourir me glaça d’effroi, n’imaginant même pas la réaction d’Ivan…


« j’ai appelé une ambulance, elle ne devrait plus tarder… »

Je lui fis signe de rester encore près d’elle et je téléphonais de nouveau au Maire

« On l’a retrouvé…. Mais les nouvelles ne sont pas bonnes, on se retrouve à l’hôpital… » fin de l’appel….

Je retournais auprès de l’immortelle, la remerciant pour ce qu’elle avait fait. Je donnais congé au deux gus qui voulaient faire du zèle auprès de la femme, et ça, ce n’était vraiment pas le moment pour m’énerver avec ce genre de comportement.

« Merci pour votre intervention, je m’occupe de tout à présent, l’ambulance arrive… »

Effectivement, elle arriva.
Les médecins voulurent repousser la Caïnite et je dus intervenir pour qu’on la laisse monter. Sans attendre l’avis des médecins, je lui donnais moi-même une poche à sang afin qu’elle puisse elle aussi se régénéré. Je n’avais aucune idée de la quantité de sang qu’elle avait du donner à Katelyn, mais visiblement beaucoup, pour en, avoir besoin à son tour….


« Si elle s’en sort, ce sera vraiment grâce à vous…. Vraiment…. Merci…. Soyez assurée que le maire vous le rendra… »

Puis, je me tus, observant la jeune femme évanouie. Charmante Katelyn, je l’aimais bien la petite, pleine de fougue, un foutu caractère, mais n’était-ce pas cela qui plaisait tant à mon ami.

Puis la femme assise en face de moi eut des paroles qui m’étonnèrent. Elle voulait me rassurer visiblement… ça se voyait tant que ça mon air inquiet… probablement… il me faudrait sans doute de longue semaine pour que cela ne se voit plus…

« merci… mais sans vous, elle serait déjà probablement morte… »

Je n’osais penser à ça… aux conséquences même…. Là déjà… la fureur d’Ivan serait terrible et même moi n’y pourrait probablement plus grand-chose…

Nous arrivâmes, enfin à l’hôpital, la jeune humaine fut prise en main par les médecins et partie au bloc.
Je me retournais alors vers mon interlocutrice…

« je pense que vous pouvez y aller, maintenant, nous ne pouvons plus faire grand-chose, à part attendre… Pour ma part, je vais rester là, en attendant le diagnostic puis je rejoindrais le maire pour lui en faire part…. vous devriez rentrer chez vous… il ne faudrait pas que la lumière du jour vous surprennes… »

Je lui tendis ma carte et j’ajoutais :
« Appelez moi si vous voulez des nouvelles… »
Revenir en haut Aller en bas
Kimberley Groover
Serveuse au "The Honey"
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 23/03/2010
Age : 31

Votre Personnage
Age du personnage: 21 ans

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Mar 28 Sep - 0:17

Complètement affalé sur le sol, Kim se maudit.

*Moi et ma fichue malchance!*

Elle n’osa pas pour l’heure se relever immédiatement. Inutile de croiser les regards de tous les moqueurs, elle se serait sentit obligé de dire quelque chose à chaque personne la regardant. C’était dans sa nature. Autant elle pouvait être parfaitement optimiste, son côté trop sociale la menait à avoir la pipelette active. Elle finit finalement par se dire qu’il était peut-être temps de s’enlever de là avant que la sécurité ne s’en charge. Là, elle aurait encore plus attiré l’attention des moqueurs!

Se relevant rapidement et retournant de l’autre côté du barrage, les yeux au sol, elle fut intercepté par quelqu’un qui lui tira légèrement l’épaule. Se retournant afin de voir qui l’accostait, elle aperçue un jeune homme tout sourire. Elle lui sourit naturellement, n’arrivant pas à ignorer la joie des autres.


- Bah dis donc! C’est une sacré chute que tu as fait!dit-il en s’esclaffant avec ses copains. Il avaient tous bus et lui comprit. Écoutes, tu mérites bien une bière! Tu es avec une amie?

Sur le coup, la jeune femme eut bien envie de lui répondre qu’elle avait effectivement une amie plus loin qui la cherchait sûrement, mais sa nature trop bonne lui dicta que ce n’était pas très courtois de mentir ainsi.

- Non. Non, je suis venue toute seule et j’avoue ne pas trop savoir où me mettre exactement.

- Eh bah, viens avec nous! On va s’éclater! Aller, je te paie une bière!

- D’accord! Dit Kim avec amusement. Après tout, il était amusant.

Elle partit donc avec le jeune homme, de bon cœur afin de passer la soirée avec lui et ses amis. Elle eut bien du plaisir, rigolant et festoyant comme des jeunes étudiants lors d’une soirée de fraternité à l’université. Comme quoi il n’était pas nécessaire d’y aller pour vivre une telle expérience. Échangeant plusieurs blagues, plusieurs rires et plusieurs bières, ils se rapprochèrent petit à petit de l’estrade où aurait lieu le discourt du maire. Kim étant de petite taille, il valait mieux se rapprocher si elle voulait y voir quelque chose.


- En tout cas je te promets chère Kim, que je viendrai faire un tour à ton boulot pour boire un verre à ta santé. C’est sympa discuter avec toi!

- Eh bien je te remercie Steven et j’apprécie tout autant discuter avec toi!

Le dénommé Steven lui fit alors une petite courbette en signe de révérence. Ce qui eut pour effet de faire s’esclaffé la serveuse du Honey. Mais leurs rires furent interrompus par l’arrivé du maire sur l’estrade. Les deux jeunes gens se regardèrent alors, les yeux pétillants de malice et se faisant signe de se taire, doigt levé sur leur bouche. Ils avaient peut-être l’air de deux saoulons, mais ils s’en fichaient. Ce n’était pas le cas et eux le savaient très bien. Il fallait bien s’amuser dans la vie, et aucunement besoin d’être complètement saoul pour cela.

Le discours commença et Kim y fut très attentive. En fait, ce que le maire prononça vint directement la toucher. Elle était heureuse de voir que le maire partageait sa vision des choses, sa vision du monde. Elle fut également déçue d’apprendre qu’il y avait apparemment encore des humains qui s’y opposaient aussi farouchement. Mais la nature craintive de l’homme n’allait certainement pas changer du jour au lendemain. Il fallait y mettre du temps et de l’effort pour cela. Chose qui ne risquerait pas de ralentir la jeune femme amoureuse d’un vampire. Elle se mit à repenser à Jim et espérait qu’il passe une très bonne veille de l’an. Elle en serra même machinalement son médaillon.

Le discours prit alors fin et le décompte commença. Rigolant et criant de joie, elle hurla à plein poumon et de bon cœur les 10 chiffres du décompte avec son nouvel ami de la soirée. Le zéro arriva et tous hurlèrent de joie en regardant les feux qui illuminaient le ciel. Kim sautillait de joie avec Steve quand elle s’arrêta net soudainement. Reportant son regard vers la scène, d’où elle n’était pas très loin, elle aperçu l’expression blême de la femme dite l’assistante du maire et une couleur écarlate qui grandissait de plus en plus sur sa poitrine. Elle laissa échapper un crie en portant les mains à sa bouche, laissant tomber son verre au sol. Steve le remarqua et regarda dans la même direction qu’elle. Il s’arrêta net également. De plus en plus de personnes s’arrêtèrent en fixant l’humaine qui s’écroulait sur la scène.

Des coups de feu se firent alors entendre au travers des feux d’artifices et la foule commença à hurler et s’éparpiller dans tous les sens. Kim se fit également bousculer. Elle n’arrivait pas à décrocher ses yeux de la scène, elle n’y croyait pas. Steve tenta à plusieurs reprise de la tirer avec lui, afin de s’éloigner le plus possible vers la sortie. Mais comme elle ne réagissait pas, il finit par la prendre sur ses épaules et s’éloigna vers la sortie. Elle finit par revenir à la réalité et se débattit afin de se mouvoir d’elle-même. Elle courut alors avec Steve, s’éloignant le plus possible dans la foule en panique. Elle se retourna un moment afin de voir se qui se déroulait sur la scène et s’arrêta à nouveau. Steve continua sans elle.

Ce qu’elle aperçue la figea d’effroi. Elle se sentit retourner 10 ans auparavant. Ce fameux soir où sa vie bascula. Était-ce une coïncidence si elle se retourna exactement à ce moment précie et regarda en cette direction précise, plus loin sur la scène, plus loin d’où avait eut lieux le drame? Peut-être. Ou peut-être pas…

Elle vit un homme sur l’autre humaine accompagnant le maire. Sa tenue blanche se teinta elle aussi de rouge alors qu’il plantait ses doigts dans sa gorge. Cette vision était si frapante, si ressemblante à sa mère, mourrant devant ses yeux de gamine innocente, qu’elle en était totalement pétrifié. Elle ne dura que quelques secondes, mais elles parrurent durer une éternité. L’homme, ou plutôt le vampire – car il ne faisait plus de doute sur sa véritable nature – avait disparut aussi rapidement qu’il avait apparut. Mais malgrés ce fait, Kim n’arrivait plus à détourner son regard de la jeune femme qui s’écroulait à son tour sur la scène.

Elle fut sortie de sa rêverie par un homme qui s’arrêta tout près d’elle, la bousculant du coup. Elle ne l’avait pas vu arriver et fut frappé de terreur en croisant son regard. C’était le vampire! Savait-il se qu’elle savait? Croisant son regard, une lueur passa dans le sien qui lui confirma qu’il savait maintenant qu’elle savait. Elle recula d’un pas, son cœur battant ses tempes si violemment qu’elle n’entendait plus la foule hurler que dans un échos lointain. Elle sentit finalement une voix lointaine l’appeler.


- Kim!

- Kim!

- Kim!

- KIM!!

Un bras l’agrippa alors à la taille et la souleva, l’éloignant. Steve était revenu la chercher et la ramenait avec lui, vers la sortie à nouveau. Kim regarda le visage du vampire s’éloigner, mais pas sa peur. Il savait qu’elle savait.
Revenir en haut Aller en bas
Grigori Karn
Directeur de l'Université
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 26/03/2010
Age : 31

Votre Personnage
Age du personnage: 728 (réel) 28 (physique)

MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ... Mer 29 Sep - 23:29

Karn passait à travers la foule à grande vitesse, un sourire narquois sur le visage. Quelle satisfaction! Jamais elle ne se remettrait d’une telle blessure, il faudrait un miracle pour ça. C'était presque trop facile. Ivan était touché au cœur. Non seulement on venait de tirer sur son assistante, dont les chances de survie après une telle blessure par balle étaient aussi nulles, mais en plus il venait de mortellement blesser la petite humaine qui avait touché son cœur. Ça lui apprendra à s'enticher d'une humaine. Il fallait bien lui faire comprendre que les humains meurent et pas les vampires. Dans le fond il avait juste avancé l'échéance et évité à Ivan de voir vieillir et mourir sa promise. Au moins comme ça, son éternelle jeunesse resterait gravée dans sa mémoire, ainsi que le profonde blessure que Karn lui avait infligé, et le plus drôle là-dedans c'est qu'il ne saurait même pas qu'il s'agit de lui.

Seule une personne l'avait vu. Bien qu'occupé à tuer cette chère Katelyne, il avait remarqué ce regard braqué sur lui, au beau milieu de la foule. Ce cœur humain battant la chamade devant cette scène qui avait du lui sembler atroce. Il avait remarqué cette jeune humaine, qui semblait aussi pur qu’un petit ange, qui fut la seule à porter le regard sur lui pendant cet acte. Et il fallait bien la récompenser pour une telle bravoure n’est-ce pas? Alors il se dirigea vers elle, elle n’avait pas bougé, certainement pétrifiée par la peur. Il sourit en se disant que cette soirée devenait de plus en plus palpitante. Il s’arrêta près d’elle et la bouscula un peu pour la sortir de sa torpeur. Elle posa le regard sur lui et une expression d’effroi se dessina sur son visage. Qu’il était jouissif pour Karn de voir se dessiner une telle expression sur le visage de ces êtres inférieurs. Il sourit d’avantage, posant son profond regard noir sur la jeune humaine, lui faisant comprendre qu’il savait. Oui il savait qu’elle l’avait vu. Elle recula, la terreur montait en elle de façon exponentielle. Elle se comportait comme une bête terrorisée face à son prédateur. Il ne fallait pas qu’elle s’inquiète, Karn aimait jouer alors il n’allait pas la tuer. Il allait juste gâcher sa vie en la faisant chanter. Ça allait être très divertissant. Il s’imprégna de son odeur afin de ne jamais l’oublier. Un homme arriva et l’empoigna pour s’éloigner avec elle. Karn recula, ne la lâchant pas des yeux, puis quand il la perdit de vue, il s’éloigna à nouveau dans la foule.

Il jeta un bref regard derrière lui, au niveau de la scène. Karolane essayait de ranimer Katelyne. De quoi se mêlait-elle? Ce qu’il détestait les vampires qui disaient ne pas aimer les humains et qui les aidaient à la première occasion. Bof, peu importe, de toute façon la blessure était trop grave pour être guérie même avec du sang de vampire. Il savait tout de même comment tuer depuis le temps. Il tourna la tête vers l’avant et fila à toute vitesse. Il sortit assez rapidement du bain de foule. Il s’arrêta dans une ruelle proche, seule une dizaine de personne courrait, les gens se parlaient de ce qu’ils avaient vu ou entendu. Un clochard se tenait là, déconnecté du reste, ne se rendant même pas compte de ce qui venait de se passer. Grigori épousseta son blouson, posa son regard sur le mendiant et fit alors en repartant par cette belle nuit :


- Magnifique soirée n’est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SCENARIO : En route vers 2021 ...

Revenir en haut Aller en bas

SCENARIO : En route vers 2021 ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chicago :: Chicago City :: 
Downtown Chicago
 :: Le "Grant Park"
-